22.9 C
Alger
22.9 C
Alger
mercredi, 22 mai 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieDevise AlgérieDevises en Algérie : « Il n’y a pas que le square...

Devises en Algérie : « Il n’y a pas que le square comme marché parallèle », (ministre)

Publié le

- Publicité -

Algérie – Le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, a déclaré qu’au-delà du marché parallèle, le square, il existerait plusieurs autres marchés parallèles de devises en Algérie qui doivent être éliminés.

En effet, ce jeudi 11 février, le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, a déclaré à l’Assemblée populaire nationale (APN), qu’il existerait plusieurs autres marchés parallèles de devises en Algérie, au-delà du marché parallèle, le square. D’où la nécessité, estime-t-il, de travailler tous ensemble en collaboration, même le parlement avec ses deux chambres pour trouver une solution, rapporte le quotidien arabophone Ennahar.

Dans le détail, le même responsable a déclaré que les devises les plus passées en contrebande en Algérie; sont l’euro, le dollar et le dinar tunisien. De plus, que la contrebande l’est davantage lorsque le voyageur ne déclare pas le montant réel qu’il a en sa possession. De ce fait, il estime qu’il serait temps de mettre un terme à ces marchés parallèles de devises en Algérie.

- Publicité -

Il est à noter que ces derniers mois, les marchés noirs de devises ont observé un épuisement de leurs ressources. Ceci, en raison de la fermeture des frontières en Algérie pour lutter contre la propagation de la Covid-19.

Le ministre des Finances disposerait des éléments nécessaires pour mettre fin à cette activité

En effet, le premier responsable du secteur financier en Algérie; a affirmé que ses services disposaient des éléments nécessaires pour mettre fin à ces marchés parallèles. Une activité qui ne peut pas être contrôlée par l’État; et dont les revenus ne sont nullement bénéfiques pour l’épanouissement de l’économie du pays.

Pour rappel, les autorités douanières ont enregistré 17.000 violations, dont 5.000 seront liées à des tentatives de transfert de devises fortes illégalement. La somme totale représenterait pas moins de dix (10) milliards de dinars. Une somme parmi laquelle 465.000 serait en euro. Qui serait la devise étrangère la plus convoitée en Algérie.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -