AccueilÉconomieDevise AlgérieDevises en Algérie : « Réguler le Square au lieu de l’éliminer...

Devises en Algérie : « Réguler le Square au lieu de l’éliminer » suggère Lalmas

Algérie – L’économiste algérien Smaïl Lalmas suggère au gouvernement de réguler et organiser le marché parallèle des devises étrangères (Square), au lieu de l’éradiquer définitivement.    

Alors que de nombreux spécialistes ont plaidé en faveur de l’éradication définitive du marché informel des devises étrangères (Square) en Algérie, tout en proposant des plans qui n’ont, selon toute apparence, pas produit les résultats escomptés au cours des années précédentes, un économiste algérien voit les choses sous un autre angle. 

Dans une déclaration faite le 13 mars 2021 dernier au site spécialisé Sahm Media, le spécialiste algérien Smaïl Lalmas a livré son point de vue sur le sujet. Contrairement à plusieurs autres spécialistes, cet expert propose de réguler le marché parallèle de la devise.  

| Lire aussi :  Algérie : Taux de change du dinar face à l’euro ce 20 mars (devises)

En définitive, aux yeux de Lalmas, le gouvernement ne doit pas éliminer le Square. Il doit plutôt l’organiser d’une manière « légale », précise le spécialiste. Celui-ci ne s’est, cependant, pas étalé sur sa proposition. Rappelons que l’absorption des fonds du marché parallèle constitue, depuis un bon moment, un défi pour l’Algérie qui souhaite relancer son économie. 

Sur ce, Lalmas a proposé au gouvernement de changer de stratégie pour relancer l’économie. Il recommande alors la mise en place de nouveaux mécanismes, parmi lesquels, figure apparemment la réorganisation du marché informel. 

| Sujet connexe : Algérie : Voici pourquoi le dinar va hausser face aux devises (vidéo)

Dans le même sillage, l’intervenant ne s’est pas empêché de suggérer au gouvernement de réformer le modèle économique actuel. Selon Lalmas, il faut opter, dans les plus brefs délais, pour de nouvelles méthodes. Le but étant de développer une économie qui tient compte des données économiques actuelles ainsi que des investissements et du climat des affaires du pays, détaille-t-il davantage. 

Revenons de nouveau au marché informel des devises étrangères, à l’image de l’euro et le dollar, en Algérie. Le 16 mars dernier, le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane s’est exprimé sur le sujet. Il a fait savoir que 6000 milliards de dinars ont été échangés sur le marché noir en 2020. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes