20.9 C
Alger
20.9 C
Alger
dimanche, 19 mai 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieDevise AlgérieDevises en Algérie : D’où provient l’argent du marché parallèle (square) ?

Devises en Algérie : D’où provient l’argent du marché parallèle (square) ?

Publié le

- Publicité -

Algérie – Dans le cadre de la relance de l’économie nationale, le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, a évoqué lors de son allocution du 11 février à l’APN, la nécessité d’identifier la provenance de l’argent du marché parallèle en Algérie.

Vous n’êtes pas sans savoir que depuis plusieurs mois déjà, le dinar algérien connaît une dépréciation sans précédent face aux monnaies fortes. Une dépréciation qui peut être résolue ou mieux contrôlée en sachant la provenance de l’argent du marché parallèle en Algérie. C’est justement un des sujets qu’a abordé très récemment le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane.

Depuis la crise multidimensionnelle qui s’est abattue sur le monde;, l’économie nationale peine à joindre les deux bouts. Elle connaît actuellement un tournant très inquiétant. En effet, cela fait quelques mois déjà que le dinar algérien est confronté à une sévère dépréciation face aux monnaies fortes. Pour remédier à cette fâcheuse posture, le gouvernement algérien essaye tant bien que mal de sortir la tête de l’eau. Cela en appliquant différents stratagèmes. 

- Publicité -

Il est toutefois important avant toute procédure de bien analyser et de connaître toutes les faces cachées du problème. C’est justement dans ce sillage que s’est exprimé Aymen Benabderrahmane. Il a alors mis le doigt sur un des éléments clé qui est la provenance de l’argent du marché parallèle en Algérie.

La source de l’argent du marché parallèle : Les propos d’Aymen Benabderrahmane

Ainsi, le ministre Aymen Benabderrahmane a pris la parole ce jeudi 11 février à l’APN. Il a abordé plusieurs sujets et notamment celui de la provenance de l’argent du marché noir. 

Pour ce faire, le responsable a évoqué la mise en place d’un mécanisme de contrôle. Celui-ci permettra par ailleurs de passer au peigne fin toutes les opérations de transfert de capitaux. De cette manière, il sera plus aisé d’identifier les opérations de transfert illicite de capitaux par les autorités mises à cet effet. C’est en tout cas ce que rapporte le quotidien El Watan.

- Publicité -

| Lire aussi : Devise Algérie : L’éradication du marché parallèle pour protéger l’économie ?

En langage de chiffres, le même orateur a mentionné le nombre total de transferts illicites de devises en 2020. Il a ainsi été question de 17.000 infractions pendant l’année écoulée. Et ce, pour un montant qui équivaut les 10 milliards de dollars. Une somme très impressionnante qui a engendré pas moins de 42 milliards de dinars d’amende. C’est ce dont fait état la même source. 

Pour remédier à ce genre de problématique, le ministre susmentionné a insisté sur le fait que l’administration des Douanes « a pris plusieurs mesures pour renforcer les capacités de détection des opérations présentant un risque de transfert illicite de capitaux, mais aussi en matière de lutte contre toutes les formes de criminalités transfrontalières ». C’est aussi ce qu’a mentionné le quotidien El Watan.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -