Devises en Algérie : L’importation de voitures d’occasion alimentera le square ?

AlgérieLe ministre de l’Industrie, revient encore une fois sur le sujet du gel de l’importation des voitures d’occasion en Algérie, qui serait lié au marché noir des devises.

En effet, interrogé ce jeudi 21 janvier par les membres de l’APN, au sujet du gel de l’importation des voitures d’occasion en Algérie, le ministre de l’Industrie, Ait Ali Ferhat déclare que cela est fortement lié au marché noir des devises, selon le quotidien arabophone Ennahar.

Dans le détail, le même responsable estime que les fonds de devises circulant dans le marché parallèle en Algérie, proviennent principalement d’activités suspectes et criminelles. Ainsi, il déclare qu’il ne serait pas concevable que l’État puisse financer un marché dont les revenus sont de sources illégales et inconnues pour la plupart.

D’autant plus, que l’importation des voitures d’occasion incitera les citoyens à se tourner vers ce marché parallèle des monnaies fortes pour se procurer de la devise. Sachant que l’achat de ces voitures se fera en monnaie étrangère. Ce qui implique une hausse des cours de change, suite au nombre très important de clients que le marché va recevoir.

Toutefois, au sujet des véhicules de moins de trois ans, le même responsable indique que ces véhicules sont destinés au marché européen. Notamment, avec des normes sécuritaires différentes de celles appliquées en Algérie. De ce fait; le prix de ces voitures sur le marché local sera le même que celui des voitures neuves destinées au marché algérien.

Importation des véhicules neufs en Algérie, Aït Ali précise

Concernant l’importation des véhicules neufs en Algérie, un sujet qui suscite l’intérêt de plus d’un; Aït Ali précise que ses services ont mis en place plusieurs règles pratiques et juridiques. Ceci, dans le but de protéger le client, et de lui garantir une qualité de service irréprochable. Parmi ces conditions; le ministre évoque le fait que l’importateur doit impérativement détenir un capital 100 % algérien. 

Pour ce qui est des règles pratiques, le premier responsable du secteur industriel en Algérie; estime qu’elles ont été mises en place dans le but de protéger le client, comme mentionné précédemment. Cela en garantissant, une meilleure qualité de service; en ce qui concerne la livraison, la qualité du véhicule mais aussi le suivi après-vente.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes