Devises en Algérie : le dinar réalise une nouvelle plongée record

Algérie – En matière de dépréciation, le dinar algérien réalise un nouveau record face aux devises étrangères. Le marché des changes s’invite dans les lignes de notre édition de ce mercredi 08 septembre 2021.

Effectivement, la monnaie nationale en Algérie continue sa tendance à la baisse contre les monnaies fortes sur le marché interbancaire. Aujourd’hui, mercredi 08 septembre 2021, le dinar a réalisé une plongée record face aux devises sur le marché officiel en Algérie.

Au milieu d’une crise à la fois économique et sanitaire, le dinar s’érode et descend encore plus bat. En effet, la Banque d’Algérie a publié les dernières cotations officielles. Des chiffres qui piquent les yeux quand on aperçoit la troisième chute record de la monnaie nationale face au dollar en un temps limité. En l’espace d’un mois et demi, le dinar a accumulé trois records à la baisse.

Rappelons qu’au 25 juillet dernier, un dollar s’échangeait à 135.09 DA. Un premier record après celui enregistré en début de l’année. Quant au deuxième, il s’est pointé le 09 août avec une valeur de 135,41 DA contre un dollar. Pour ce qui est du plus récent, on l’a enregistré le 23 août, 135.88 DA pour une seule unité de la monnaie étasunienne.

Ces chiffres difficiles à digérer ne sont pas les seuls ! La favorite des Algériens, l’euro, n’affiche pas non plus des valeurs qui redonnent le sourire. Bien qu’elle ait enregistré une courte stabilité, la monnaie unique européenne n’est pas loin de son plus haut record. Alors, ce mercredi 08 septembre, l’euro s’échange à 161,38 DA alors qu’elle était à 159,24 le 08 août dernier.

Loin des cotations officielles, le marché informel lui affiche un léger recul pour la devise européenne. Toutefois, elle ne quitte pas les 210 DA. 

Devises en Algérie :  quid des réserves de change ?

La crise sanitaire a vraiment porté préjudice à la santé de l’économie en Algérie. Alors que cette dernière s’appuie fortement sur les hydrocarbures, le coronavirus a causé la chute du pétrole. Un coup dur pour le pays qui essaie tout de même de se relever et relancer son économie.

En détail, les réserves de change ont aussi subi les répercussions de la crise sanitaire. Selon l’expert en économie, Kamel Benkhabecheche, le solde en devises s’est contracté d’environ 4 milliards de dollars. Un chiffre qui concerne les quatre premiers mois de l’année en cours. Toutefois, une légère hausse a pointé son nez en avril dernier. Cela est intervenu suite à une meilleure rentabilité du marché pétrolier. Malgré cette hausse, le pays n’a pu empêcher l’érosion des réserves de change.

Par ailleurs, cette situation critique ne semble pas échapper au gouvernement. En tout cas, il compte bien y remédier. Alors,  le gouvernement présage de diminuer la facture des importations à environ 30 milliards de dollars, contre 34,4 milliards enregistrées en fin 2020. Pour ce qui est des exportations d’hydrocarbures, elles s’élèveront à plus de 23,63 milliards de dollars. Soit 3,44 milliards de plus que l’an dernier. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes