Devises en Algérie : « Le dinar deviendra plus fort », promet Benabderrahmane

Algérie – Compte tenu de la dégringolade continue de la monnaie nationale face aux devises étrangères fortes, à l’image de l’euro et le dollar, le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane s’exprime et promet un dinar plus fort à la fin de l’année 2021.    

Sur les marchés parallèle et officiel en Algérie, les devises étrangères fortes, poursuivent leur ascension face à un dinar affaibli qui subit, depuis plusieurs mois, une dévaluation inéluctable et drastique, préoccupant plusieurs économistes et incitant, d’un autre côté, le premier argentier du pays, qui n’est autre qu’Aymen Benabderrahmane, à réagir.

Dans une déclaration faite à la presse, ce samedi 13 mars 2021, le ministre des Finances s’est exprimé sur le sujet. Benabderrahmane a tenu à noter, en préambule, que « la monnaie est le miroir de l’économie nationale ». Il assure, toutefois, qu’elle ne connaît pas un effondrement. Le dinar est en train de subir une dévaluation monétaire, précise-t-il. 

| Lire aussi : Algérie : Baisse du dinar face aux devises (dollar – euro), un expert explique

Celle-ci tient compte des données économiques du pays, explique le ministre au passage. Un peu plus loin, Benabderrahmane a rassuré que « le dinar deviendra plus fort à la fin de l’année ». Le ministre des Finances poursuit ses dires en affirmant que le gouvernement algérien compte lancer plusieurs projets. 

Ceux-ci devront, selon lui, permettre à la monnaie nationale de redevenir comme avant. Si l’en on se fie, ce n’est qu’une question de temps avant que le dinar retrouve, une nouvelle fois, sa santé de fer. 

Rappelons, dans ce sens, le taux de change du dinar face à l’euro ce vendredi 12 mars. Sur le Square, une unité de l’euro s’est échangée à 208.50 DA à l’achat. Un billet de 100 euros, équivaut donc à 20.850 DA à l’achat et 21.000 DA à la vente. 

| Sujet connexe : Réserves de change en Algérie : Les 42 milliards de dollars sont suffisants ?

Dans le même ordre d’idées, Benabderrahmane a évoqué le sujet de l’inflation. Il a fait savoir que cette dernière est « très maîtrisée ». Il a ajouté, par la suite, l’Algérie, contrairement à d’autres pays, contrôle le taux d’inflation. 

Il souligne, ainsi que les prix des divers produits alimentaires attestent ses dires. « Vous n’allez qu’à voir les prix », déclare-t-il aux micros des médias. Le ministre ne nie, cependant, pas que les prix « ont été ajustés un peu ». Ils restent, quand même, « à la portée » de tous, conclut-il. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes