AccueilÉconomieAutomobileDevise Algérie : l’importation de voitures de moins de 3 ans alimentera...

Devise Algérie : l’importation de voitures de moins de 3 ans alimentera le marché noir ?

Automobile – Le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, a préconisé une solution pour les citoyens désirant acquérir un véhicule. Il propose en effet de recourir au marché de la devise, pour procéder à l’importation des voitures en Algérie. On vous en dit plus ce vendredi 11 février 2022.

L’importation des voitures est suspendue depuis maintenant quatre ans. La demande augmente et les prix s’envolent. De ce fait, des solutions viennent d’être proposées pour relancer enfin l’importation des voitures en Algérie, comme le recours au marché de la devise. D’après ce qu’a expliqué le ministre de l’Industrie lors de son passage à la Radio nationale.

En effet, le ministre a fait savoir que le cahier des charges relatif à cette activité a subi quelques révisions, sur ordre du Président de la République. Au fait, il comporte de nouvelles facilités, et sera prochainement publié. Ce n’est cependant pas la première fois que ce cahier des charges est revu. Sauf qu’il n’a jusque-là pas été mis en œuvre. D’après ce qui a été rapporté par TSA Algérie.

Il est à noter que la situation s’enlise, entre la suspension des importations, l’arrêt des usines de montage locales. Mais aussi, la rareté des pièces de rechange et la flambée des prix qui en découle. Questionné par un membre de l’APN, le ministre de l’Industrie a indiqué que l’importation de véhicules par les particuliers est possible. Et ce, à condition que le véhicule soit neuf.

L’importation de véhicules à titre personnel, une solution?

Or, l’importation de véhicules de moins de 3 ans par les citoyens est en effet possible, mais elle à été abandonnée vu la grande difficulté de sa mise en œuvre. En effet, les Algériens ne peuvent financer cette acquisition vu qu’ils ne peuvent pas acquérir de devises légalement. Le seul moyen d’acquérir la devise étrangère serait de se tourner vers le marché parallèle. Alors que ce procédé est interdit.

De ce fait, la solution suggérée par Zeghdar comme alternative à l’importation par les concessionnaires, serait donc de recourir au marché de devises parallèle pour importer des voitures. Cependant, les véhicules importés de cette manière reviendront excessivement chers, vu le taux de change élevé sur ce marché noir. Raison pour laquelle ce procédé n’est que très peu utilisé.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes