Devise Algérie : l’impact de la baisse du dinar face à l’euro sur l’économie nationale

Algérie – L’ancien gouverneur de la Banque centrale d’Algérie, Badreddine Nouioua a expliqué l’impact de la dépréciation du dinar face à l’euro sur l’économie nationale. Dzair Daily rapporte pour vous ses propos ce mardi 28 décembre 2021.

En effet, le gouverneur de la Banque d’Algérie, Rosthom Fadli a fait état de la baisse de la monnaie nationale face aux principales devises étrangères. Selon les chiffres avancés par le responsable, le dinar s’est déprécié de 10, 38 % contre l’euro. Cela en termes de moyenne des 11 premiers mois de 2021 par rapport à la même période de l’année précédente. Quelles sont donc les répercussions de la baisse du dinar face à l’euro sur l’économie en Algérie ?

Badreddine Nouioua qui n’est autre que l’ancien gouverneur de la Banque d’Algérie a tenté de répondre à ce point d’interrogation. Cela à l’issue d’une intervention faite auprès du média généraliste Liberté. Ainsi, l’économiste s’est exprimé au sujet de la chute inexorable de la monnaie DZ face aux autres devises telles que l’euro et le dollar. 

Dans le détail, l’expert a déclaré que cette dégringolade « a produit plus de dégâts qu’elle en a résolu ». Selon Badreddine Nouioua, la dévaluation du dinar a entraîné de nombreux effets « pervers » sur l’économie en Algérie. On cite notamment la hausse de l’inflation. En effet, le taux d’inflation dans notre pays a grimpé à 9,2 %. Les augmentations ont touché notamment les légumes, les conserves et les viandes.

Les conséquences de la chute du dinar en Algérie : plus de détails

En outre, la baisse du dinar face à l’euro a engendré également l’érosion du pouvoir d’achat. Il est question de ce que précise le même intervenant au média francophone susmentionné. Parmi les conséquences de la chute de la monnaie DZ, le spécialiste en économie a évoqué également, la hausse des coûts de production pour les entreprises.

« Cette érosion monétaire décourage les investisseurs. Elle renchérit les coûts des intrants pour les entreprises », a souligné l’ex-gouverneur de la BA. Dans le même sillage, Badreddine Nouioua a mis en exergue la nécessité de mettre fin à cette perte de la monnaie nationale qui, selon lui, « n’a servi à rien ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes