Devise Algérie : allocation touristique, square, dinar.. un expert propose

Algérie – Certains économistes dont l’expert économique, Ahmed Hidoussi, ont lancé un appel aux autorités du pays pour procéder à l’ouverture accélérée de bureaux de change et évoquent le recul de l’allocation touristique, le marché parallèle de  la devise (square) ainsi que la valeur du dinar algérien (DZD). 

En effet, l’expert Ahmed Hidoussi s’est prononcé auprès de Echorouk, ce 26 mai 2021. Les principaux sujets abordés sont l’ouverture en Algérie des bureaux de change, l’allocation touristique, le square (sphère informelle de la devise) et le taux de change du dinar face à l’euro. La réouverture des frontières serait l’occasion propice. Elle le serait quant à franchir le cap en matière de devises, selon le locuteur. 

Dans un même contexte, le spécialiste en économie met la lumière sur un sujet tout aussi sensible. Les allocations octroyées aux touristes. Il considère celles-ci (900 euros), comme étant une faible bourse. Selon lui, elle ne suffirait même pas à la location d’un taxi. Il appelle, ainsi, à l’imposition de réformes radicales dans le domaine financier des transactions bancaires. Puis, il invite à revoir le prix des allocations touristiques.

Mais aussi éducatives et médicales. Par ailleurs, Hidoussi souligne que ce n’est pas le tourisme à l’étranger qui mènerait à l’épuisement des réserves nationales de change. Il signale que ça serait plutôt le processus d’importation et la consolidation de produits importés. D’après, c’est cela qui forme la plus grande source d’érosion à laquelle serait confrontée l’économie algérienne. 

Les spécialistes appellent à augmenter les allocations touristiques 

Toujours concernant les allocations touristiques, l’expert propose de porter cette subvention accordée aux touristiques à 3.000 euros, dans un premier temps. Comme cela se fait chez nos voisins tunisiens, dit-il. De l’autre côté des frontières voisines, les Marocains, eux, mettent à la disposition de leurs touristes un montant de 4.000 euros. C’est ce que note l’orateur. 

Dans le même ordre d’idées, Hidoussi affirme qu’une fois ces bureaux de change disponibles, ils connaîtront une forte demande de la part des citoyens algériens. Avec l’abondance des monnaies dans ces bureaux, l’Algérien s’habituera à les fréquenter. 

Dans le but de donner leurs avis, vis-à-vis de cette démarche, un autre spécialiste a pris la parole. L’analyste économique, Mahfoud Kaoubi a confirmé les propos de son confrère. Il a alors mis l’accent sur la nécessité de procéder à cette légalisation des intermédiaires financiers sur le marché des devises. Ainsi, on réduit la zone d’influence de l’informel.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes