AccueilActualitéAlgérieDate de l’Aïd el Adha 2021 en Algérie selon le centre d’astronomie

Date de l’Aïd el Adha 2021 en Algérie selon le centre d’astronomie

Algérie – Suivant des calculs astronomiques, le Centre international d’astronomie (CIA) a prédit, hier jeudi, la date de la tant attendue fête du sacrifice 2021, Aïd El Adha. Nous relatons, ce 02 juillet 2021, pour vous tous les détails. 

Également connue sous l’appellation de Aïd El Kébir, qui signifie littéralement « la grande fête », ce rite du sacrifice correspond à l’un des temps forts de l’Islam. Il est l’une des incontournables festivités musulmanes. Survenant, chaque année, le 10 Dhou Al Hijja, dernier mois du calendrier lunaire musulman, il vient clore le pélérinage à la Mecque. Mais quelle sera donc la date exacte de l’Aïd El Adha 2021 en Algérie ?

Le jour de la célébration des sacrifices traditionnels de moutons varie, géographiquement, d’un pays à l’autre. Il est défini selon le moment où la pleine lune est visible. Pour émettre un pronostic, il faut, infailliblement, déterminer le premier jour du douzième et dernier mois du calendrier hégirien. 

En attendant les opérations d’observation de la Nouvelle Lune de Dhou Al Hijja 2021/1442, le Centre international d’astronomie a livré ses prévisions. Le CIA a alors indiqué que le premier (1er) jour du mois Dhou Al Hijja coïncidera avec un dimanche 11 juillet. Tel qu’il est religieusement établi, Aïd El Adha devrait donc se tenir du mardi 20 juillet au samedi 24. 

Il sied de mentionner que la date finale et officielle ne sera annoncée que par le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs. Seules les hautes autorités peuvent certifier ces prédictions par l’observation du croissant lunaire à l’œil nu. 

Aïd el Adha 2021 en Algérie : une flambée tangible des prix des moutons 

À quelques jours seulement de l’Aïd El Kébir, la spéculation bat son plein au sein des marchés aux bestiaux. Les prix des moutons varient, actuellement, entre 52.000 et 80.000 dinars. Soit une hausse affolante d’environ 20.000 DA, en comparaison avec l’année écoulée. L’augmentation des coûts de la race Ouled Djellal, la plus répandue en Algérie, est encore plus surprenante. 

Les ovins de race Ouled Djellal valent en effet plus de 60.000 dinars aux marchés parallèles de vente. Les professionnels d’élevage d’animaux s’accordent sur les mêmes raisons de cette élévation. Elle est, soulignent-ils, principalement due à la hausse des coûts de l’alimentation animale. Ils l’expliquent notamment par la cherté du transport du bétail. 

Quant à la montée en flèche du prix de la nutrition industrielle à destination des animaux d’élevage, elle serait à l’origine d’une envolée du coût des matières naturelles. À l’instar des herbes fauchées nécessaires aux moutons. La crise sanitaire et le manque de pluie a provoqué une cherté, sans précédent, du fourrage ou encore des grains pour animaux. C’est du moins ce qu’élucident des fabricants d’aliments du bétail.  

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes