AccueilPolitiqueCrise entre l'Algérie et l'Espagne : la presse espagnole fait le point

Crise entre l’Algérie et l’Espagne : la presse espagnole fait le point

Politique – La crise diplomatique entre l’Algérie et l’Espagne ne semble pas s’apaiser et la presse espagnole a d’ailleurs fait le point en soulignant les conséquences de ce conflit auxquelles se heurte le royaume ibérique. On vous en dit plus ce 14 novembre 2022.

La presse espagnole a fait le point sur la crise entre l’Algérie et l’Espagne. Au niveau des journaux, on peut lire que les ponts politiques entre les deux pays sont rompus. Et tant que l’Espagne n’aura pas changé de position sur le Sahara occidental, la situation restera telle qu’elle. Il s’agit là de ce que rapporte le média El Khabar.

Dans le détail, la crise algéro-espagnole date de 6 mois. Les sanctions économiques et commerciales pèsent alors sur l’Espagne. Pendant ce temps-là, l’Algérie campe sur sa position du moment que le gouvernement espagnol ne retirera pas ses dernières déclarations au sujet de la question sahraouie.

Les relations entre les deux parties restent donc encore au point mort. On constate ainsi que depuis le début de la crise, aucune rencontre officielle n’a eu lieu entre les représentants des susdits pays.

Durant la 5e édition du Forum de Paris sur la Paix, les ministres des Affaires étrangères des deux États n’ont pas échangé la moindre fois. Même son de cloche lors la COP27, organisée au Caire, le président Tebboune a rencontré plusieurs hommes politiques européens mais Pedro Sánchez, Premier ministre de l’Espagne, n’était pas dans son agenda.

Économie : l’Espagne continue à pâtir de la crise diplomatique avec l’Algérie

Il faut savoir que la rupture du traité d’amitié entre les deux pays coûte beaucoup à l’Espagne. Depuis quelques mois, l’économie espagnole subit d’importantes pertes. La raison en est qu’une bonne partie de ses exportations va vers l’Algérie.

Malgré quelques efforts de l’Espagne, qui souhaite apaiser les tensions, comme le transfert de Ryma Anane à Madrid, l’Algérie insiste sur le fait que sa position reste telle quelle tant que l’Espagne n’aura pas changé la sienne en ce qui concerne le Sahara occidental. 

Les lourdes pertes de l’Espagne ont alors poussé le Premier ministre espagnol à exprimer le souhait de se rendre en Algérie. Son but étant de négocier une sortie de crise entre les deux pays. Et cela, avant les élections législatives espagnoles. Car depuis le début de ce conflit diplomatique, les sondages prévoient une lourde défaite du parti de l’actuel chef du gouvernement, celui des socialistes.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes