18.9 C
Alger
18.9 C
Alger
mercredi, 17 avril 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAlgérie : 90.000 entreprises menacées de faillite à cause du Coronavirus

Algérie : 90.000 entreprises menacées de faillite à cause du Coronavirus

Publié le

- Publicité -

Algérie – Plusieurs milliers de petites et moyennes entreprises (PME) sont au bord du gouffre financier en raison de la crise économique actuelle provoquée par le Coronavirus Covid-19.

Le président de l’Union nationale des jeunes investisseurs (UNJI), Ryad Tanka, a tiré la sonnette d’alarme en révélant qu’au moins 90.000 entreprises sont au bord de la faillite à cause du confinement et la stagnation de l’activité économique en général et la consommation en particulier; rapporte le quotidien arabophone Echorouk.

A cet égard, le président de l’UNJI a appelé les autorités à prendre des mesures urgentes pour sauver les entreprises Algériennes et préserver le tissu économique national. Il considère que ces décisions pourraient éviter un désastre économique qui provoquera un chômage de masse en cas d’immobilisme des pouvoirs publics. Dans ce sens, Tanka propose des mesures fiscales en accordant un paiement échelonné des dettes auprès des banques et l’exonération des cotisations sociales, afin de réduire les dépenses des entreprises qui souffrent sur le plan financier. 

- Publicité -

Le président de l’UNJI a rappelé que cette crise est une première dans le genre, car elle impacte l’économie réelle notamment l’activité urbaine et les transports en communs; paralysant ainsi les entreprises algériennes dans leur quasi-totalité.

Les entreprises ANSEJ les plus touchés

En effet, Ryad Tanka considère que les entreprises qui ont bénéficié des crédits accordés par l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes, ANSEJ, sont les plus fébriles financièrement, car elles enregistrent déjà un crédit important dès leur démarrage et certains d’entre-elles trouvent des difficultés à le rembourser, et ce; même avant la crise économique.

Le président de l’UNJI suggère d’accorder un nouvel échéancier dans le remboursement des crédits et des facilités fiscales avant la faillite de ces PME (petites et moyennes entreprises). Tanka craint un scénario catastrophique du tissu économique du pays, qui se traduira, dans la pire des prévisions, par un chômage de masse et une réduction drastique de la consommation qui perdurera même après la fin de la crise. 

- Publicité -

En contrepartie, le président de l’UNJI a proposé à l’État de réquisitionner le matériel des entreprises qui ont bénéficié des crédits ANSEJ pour réaliser des actions humanitaires comme transporter le ravitaillement dans les zones reculées avec des camions réfrigérateurs. 

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -