AccueilPolitiqueGéopolitiqueLa crise avec l'Algérie coûte cher au peuple espagnol : tout ce...

La crise avec l’Algérie coûte cher au peuple espagnol : tout ce qu’il faut savoir

Géopolitique – La crise diplomatique entre l’Algérie et Madrid a déclenché une série d’effets néfastes sur l’économie de l’Espagne et les conséquences qui en résultent se font sentir au niveau du portefeuille du peuple espagnol. Les lignes qui suivent vous dévoilent l’ensemble des détails relatifs à ce sujet.

C’est peu dire que l’actualité se bouscule actuellement pour l’Espagne et le peuple espagnol, entre une santé économique qui n’est pas au beau fixe depuis l’explosion de la bulle immobilière, en 2009, et le récent éclatement d’une crise avec l’Algérie, premier fournisseur de gaz du Royaume ibérique. Les tensions entre les deux pays battent en effet leur plein.

Ils ne font clairement pas pencher la balance en faveur du territoire espagnol et encore moins de ses citoyens. Ce conflit algéro-espagnol, faut-il le rappeler, a été amorcé au cours du mois de mars dernier. La cause en est attribuée à la volte-face du Premier ministre, Pedro Sánchez.

Ce dernier avait formellement déclaré soutenir le plan d’autonomie du Sahara occidental proposé par le roi du Maroc Mohammed VI. Une allocution officielle qui avait alors amené le président Abdelmadjid Tebboune à mettre fin au Traité d’amitié hipano-algérien. Celui conclu, en 2002 à Alger.

L’Espagne s’est ainsi mise à dos l’Algérie, qui avait en outre enchaîné les sanctions économiques envers elle. Sous le poids de ces dernières, son économie commence alors à fêler. Une situation qui se traduit notamment par de graves répercussions sur les entreprises de tuiles et de céramiques.

Celles établies au sein du territoire espagnol. Elles sont en effet nombreuses à être menacées de faillite. Il s’agit là de ce que rapporte le quotidien généraliste arabophone Ennahar. L’information paraît dans son édition du lundi 26 septembre 2022. 

L’Espagne sent déjà les premiers effets des sanctions algériennes ! 

Les conséquences des sanctions économiques algériennes contre l‘Espagne s’avèrent importantes et plus considérables que ce que l’on imaginait. Les chiffres récemment  indiqués par les membres du Parti populaire (PP) espagnol au conseil municipal de Castellón permettent de le comprendre. 

Ils ont effectivement tiré la sonnette d’alarme quant à la conjoncture difficile à laquelle se heurtent les acteurs prépondérants du fonctionnement économique de l’Espagne. Soit, particulièrement, ceux activant dans l’industrie de la céramique et de la tuile, dont beaucoup se sont dernièrement vus contraints de baisser le rideau. 

« Nous appelons le ministère de l’Économie à prêter main-forte à l’ensemble des victimes de la détérioration des relations économiques entre l’Algérie et l’Espagne ». C’est ce qu’a encore souligné le susdit groupe politique.

Autre information choc, l’incertitude sur l’approvisionnement en matières premières, notamment le gaz naturel algérien, de l’Espagne. Face à la courbe haussière sur laquelle se maintient celui-ci, un grand nombre d’usines, au sein du Royaume ibérique, ont mis à l’arrêt plus de 50 % de leurs capacités de production pour une durée indéterminée. C’est en tout cas ce qu’a fait savoir la porte-parole du PP.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes