AccueilSociété et CultureSociétéCovid-19 en France : Récits de détresse des retraités algériens

Covid-19 en France : Récits de détresse des retraités algériens

France – De l’autre rive de la méditerranée, de France plus précisément, nous parviennent des témoignages fracassants de retraités algériens qui nagent seuls contre vents et marées soulevés par l’impitoyable pandémie de la Covid-19 et l’armada des mesures restrictives qu’elle a suscitée. 

Des retraités algériens livrent le récit de leurs souffrances vécues en France sous l’impact néfaste des mesures préventives adoptées contre la Covid-19.  Encore aujourd’hui, face à cette crise sanitaire, ils doivent apprendre à économiser plus, voire se priver de beaucoup de choses nécessaires, pour certains.

Le quotidien national Liberté a échangé avec Yamina par téléphone. Cette dame est une retraitée de 76 ans. Elle était agent d’entretien et de nettoyage à Avignon. La femme raconte donc sa vie de retraitée face au Covid-19 au média de la presse écrite. « J’ai travaillé comme agent d’entretien et de nettoyage en  maison de retraite pendant plusieurs années. Je touche 1700 euros.

Une pension qui souvent ne me suffit pas. Je dois tout le temps me serrer la ceinture. Avec les factures, soins médicaux et nourriture, ce n’est pas évident. Avec ce virus, je suis dépassée et souvent obligée de me priver de quelques fournitures”, confie-t-elle sous à la fois le coup de l’émotion et le poids de l’âge. 

El Mehdi, un retraité algérien de France, recherche désespérément la compagnie de ses proches

Selon, El Mehdi, un retraité de 81 ans et ancien agent de nettoyage, la crise sanitaire détériore la vie sociale des personnes âgées. Mais également leur situation financière. «Je me retrouve tous les jours seul dans cette chambre», confie-t-il à la même source médiatique. En fait, «je ne sais pas me servir d’internet pour effectuer des appels audio et vidéo.»

Impossible donc de « rester en contact avec mon fils et mes deux petits enfants qui vivent à Béziers. Ou avec la famille en Algérie. Plus personne ne demande de nos nouvelles », proteste l’homme usé par le temps. «Cette situation ne nous facilite pas la vie. Avec ma paye j’arrive difficilement à survivre. J’aimerai être entouré des miens dans ces moments difficiles ». C’est ainsi ce qui lui tient le plus à cœur. 

D’autre part, Hans Henri P. Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe, vient d’aborder cette thématique. «Je rappelle aux pouvoirs publics et aux autorités […] de répondre aux besoins des personnes âgées», a-t-il lancé en direction des dirigeants européens. «Toutes les personnes âgées doivent être traitées avec respect. Et dignité aussi pendant cette période», a-t-il insisté.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes