Covid-19 en Algérie : Quel risque d’importation du variant anglais

Algérie – Le professeur Mustapha Khiati, président de la Forem, prévient contre les risques d’importation du variant anglais du Covid-19 en Algérie et appelle à agir vite.

Depuis plusieurs semaines, la pandémie du Covid-19 est en net recul en Algérie, mais l’apparition du variant anglais, plus contagieux que les autres, inquiète fortement les autorités sanitaires dans le pays. Ils s’alarment par rapport à une éventuelle arrivée de cette souche mutante.

Selon TSA, le président de la Forem, Mustapha Khiati s’est dit très préoccupé par la présence du variant anglais du Covid-19 sur le territoire national. Selon le professeur, cette variante pourrait poser de réels problèmes pour la santé publique dans le pays. 

À vrai dire, ce sont les vols de rapatriement en provenance d’Europe qui inquiètent le plus le responsable. « Il y a possibilité d’importer le variant anglais », poursuit-il. Puis, il ajoute que « les études conduites dans ce pays ont démontré qu’il est plus contagieux et plus mortel ».

Il semble bon de rappeler que cette mutation du SARS-CoV-2 se transmet 30 à 70 % plus facilement. Les déclarations du chef du gouvernement britannique n’ont pas apaisé les craintes. John Boris a affirmé, ce vendredi 22 janvier, que cette mutation du virus a un degré de mortalité plus élevé.  

Un dépistage massif à l’aéroport d’Alger pour lutter contre le variant anglais ?

Pour une éventuelle reprise des vols de rapatriement, le professeur Khiati propose des solutions. Cela dans le but d’épargner le pays une troisième vague de contaminations. Pour éviter ce scénario cauchemardesque, le responsable voit d’un bon œil une stratégie de défense.

Sans appeler à la suspension des vols de rapatriement, Mustapha Khiati, recommande l’instauration d’une mesure préventive. « La mise en place d’un contrôle PCR au niveau de l’aéroport d’Alger à l’arrivée ». Il préconise ainsi un double contrôle au départ et à l’arrivée des aéroports nationaux.

Pour appuyer ses dires, l’intervenant estime important que des examens PCR de moins de 48h soient exigés pour tous les voyageurs qui prendront les vols. Mais il est également  impératif de les soumettre à un test PCR à l’arrivée à Alger, conseille-t-il. Pour l’heure, Air Algérie n’a communiqué aucune date concernant la reprise de son programme de rapatriement

Par ailleurs, le président de la Forem a appelé les laboratoires à effectuer les séquençages. Il a expliqué qu’il est important de détecter les souches en circulation dans le pays. Le séquençage est , selon lui, une urgence. « Il y a un nouveau variant, il va falloir le détecter rapidement », a-t-il précisé. « Cela pour éviter d’envoyer des prélèvements à l’étranger ». C’est en effet ce que mentionne la même source.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes