AccueilActualitéAlgérieCovid-19 en Algérie : ouverture d’un hôpital de campagne à Béjaïa

Covid-19 en Algérie : ouverture d’un hôpital de campagne à Béjaïa

Algérie  La lutte contre la Covid-19 se poursuit en Algérie. Installation d’un chapiteau sanitaire de 40 lits à l’hôpital d’Akbou à Béjaïa. Dzair Daily vous en dit plus ce lundi 09 août 2021.

Face à la hausse vertigineuse du nombre de malades Covid-19 hospitalisés, un chapiteau de 40 lits est venu épauler l’hôpital d’Akbou à Béjaïa en Algérie. Une initiative qui se concrétise par un don du patron du groupe SOUMMAM, Lounis Hamitouche en l’occurrence. 

En effet, d’après le quotidien Ennahar, le PDG du groupe agroalimentaire a décidé de munir la grande tente d’équipements nécessaires. On cite par ailleurs les lits, les divers équipements médicaux ainsi que les climatiseurs.

Pour rappel, le philanthrope n’est pas à son premier coup. Dernièrement, suite à la pénurie d’oxygène médical, il a fait un don de 23 générateurs d’oxygène. Et ce, au profit de différents établissements hospitaliers à l’échelle nationale. En outre, il a déjà offert 28 ambulances équipées en début de pandémie.

Des initiatives communautaires salvatrices

L’Algérie connaît depuis le début du mois de juillet une vague ravageuse liée au variant Delta de la Covid-19. À cet effet, un sursaut citoyen salutaire a émergé pour y faire face.

Face à la Covid-19 et un peu loin de Béjaïa, on retrouve une action similaire dans la commune de Freha (Tizi Ouzou). Selon la page Facebook dédiée à cette région, Freha24, un bienfaiteur de la région serait prêt à prendre en charge l’installation d’un chapiteau au profit de la polyclinique de la petite ville.

D’autre part, plusieurs campagnes de collectes de dons ont été observées sur l’ensemble du pays. Ce genre d’initiatives a vu le jour et pas seulement à l’échelle nationale, mais aussi de l’autre côté de la Méditerranée.

En effet, la diaspora algérienne a répondu présente en ce temps peu reluisant. Plusieurs collectes ont été faites et prêtes pour l’acheminement. On parle notamment des concentrateurs d’oxygène, qui sont peu disponibles et onéreux. Une solidarité affichée notamment à l’endroit du corps médical et paramédical qui est en première ligne face à cette pandémie.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes