Couscous : Des Marocains furieux contre l’Algérie et la Tunisie

Maghreb – Si le débat concernant l’origine du couscous a été tranché par des historiens, le sujet agite encore plusieurs Marocains qui ne cachent guère leur mécontentement envers l’Algérie et la Tunisie. 

D’une cuillère d’amour, quelques-unes de la semoule et beaucoup de fierté, toutes mélangées, est né un plat qui rassemble. Un plat qui réunit toute la famille autour d’une seule table chaque vendredi. Dernièrement, il est devenu douloureusement délicieux à savourer pour nos voisins de l’Ouest puisqu’il a été reconnu comme étant un plat transculturel. Les Marocains sont en effet furieux contre l’Algérie et la Tunisie à cause du couscous.

D’après le quotidien francophone, Liberté, plusieurs Marocains n’arrivent donc pas à digérer l’entrée du couscous au patrimoine immatériel de l’UNESCO en tant que plat maghrébin en décembre dernier. Sur ce, ils ont décidé de lever haute leur voix et s’opposer à cette décision. En lançant une pétition électronique à l’adresse du ministère de la Culture marocain, des Marocains se disent contre l’homogénéisation de ce qu’ils considèrent comme leur « patrimoine » à eux seuls. 

Un Couscous pour tous n’est pas au goût des Marocains

Ladite pétition dédiée à cet effet a été mise en ligne il y a un mois de ça. En seulement quatre semaines, plus de 3.490 personnes ont unifié leur voix. Cela, dans le seul et unique but : faire entendre leur demande au ministère susmentionné. Selon les auteurs du texte de cette requête, l’héritage civilisationnel du Maroc est en danger. Il doit donc être protégé à tout prix, estiment-ils.

L’inscription du couscous au nom du Maghreb à l’UNESCO est pour les auteurs des lignes de la demande, une négligence de la part de leur ministère. Pour justifier leur vision des choses, ils ont révélé que ce manque de vigilance pourrait permettre aux États voisins, l’Algérie et la Tunisie, de s’approprier à la culture marocaine. 

Ici, le couscous n’est qu’une entrée servie avant le plat principal. Les auteurs de cette sollicitation citent ainsi « l’architecture, l’artisanat, les événements, chants et danses.. ». Pour eux, tout cet ensemble qui fait l’histoire de leur pays doit être soigneusement conservé. Par la suite, ils ont manifesté clairement leur opposition à la généralisation de la culture nord-africaine.

Le Couscous, ce plat millénaire qui fait l’objet de luttes

Jusque-là, ce sujet de débat a fait couler beaucoup d’encre. Les réseaux sociaux sont devenus, de ce fait, un ring de combat. Durant tout ce mois et même bien avant, ce plat ancestral est sujet de dégustation mais aussi de débat aux quatre coins du grand Maghreb. Sur la toile, des Marocains déclarent que le couscous est d’origine marocaine.

Pour quelques Algériens, le couscous appartient à la culture algérienne seule. Aux yeux des Tunisiens, le couscous est une partie intégrante de l’identité tunisienne. D’autres estiment qu’il est tout simplement transculturel. Ce couscous maghrébin réussit donc à unifier les pays du Maghreb sur les tables de repas et sur la toile également. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes