21.1 C
Alger
21.1 C
Alger
mardi, 25 juin 2024
- Publicité -
AccueilActualitéAlgérieCorruption en Algérie : Les biens saisis seront vendus aux enchères

Corruption en Algérie : Les biens saisis seront vendus aux enchères

Publié le

- Publicité -

L’Algérie est sur le point d’entamer les opérations de récupération des fonds détournés par d’ex-dirigeants et cadres de l’Etat; condamnés devant le tribunal pour corruption. On prévoit dans cette première phase de recouvrir une somme de treize (13) milliards de dinars. Une vente aux enchères des biens saisis est susceptible d’avoir lieu.

Le processus de recouvrement de l’argent pillé concerne les mis en cause qui ont été reconnus définitivement coupables par la justice algérienne; rapporte Le Soir d’Algérie dans son édition de ce lundi 1er juin. « Les deux anciens Premiers ministres (Sellal et Ouyahia); deux ex-ministres de l’Industrie ( Yousfi et Bouchouareb) » sont pour l’instant concernés. En plus également d’une multitude « d’hommes d’affaires ».

Le tribunal de Sidi M’hamed, outre les peines d’emprisonnement; avait émet la décision de saisir « tous les biens » de ces anciens « géants » du régime précédent. Il est question « d’Abdelmalek Sellal, Ahmed Ouyahia, Mahdjoub Bedda, Youcef Yousfi, Abdesslam Bouchouareb et les hommes d’affaires Hassen Arbaoui, Ahmed Mazouz et Mohamed Bairi »; précise le quotidien national.

- Publicité -

Des sources bien informées là-dessus ont indiqué au journal francophone que tous ces biens immobiliers; terrains et sociétés soumis à la saisie par la justice « pourront » en revanche « être vendus aux enchères ». Telle action se réalisera dans le cas où la récupération ne parvienne pas au montant fixé. Celui-ci relève de la somme évoquée plus haut, soit 13 milliards de dinars.

Recouvrement de l’argent du peuple : L’Algérie ira même à l’extérieur de ses frontières

Des sentences irrévocables ont effectivement été prononcées « le 31 mars » 2020 « par la cour d’Alger qui jugeait alors en appel » les personnalités mentionnées; trempant dans l’affaire du montage automobile en Algérie. Les autorités ont donc en main tout ce qu’il faut pour procéder à l’application de la récupération des deniers publics dilapidés

D’après des informations obtenues par l’organe de presse écrite « une première réunion a d’ailleurs été programmée ». Ainsi, « des responsables issus de différents secteurs concernés par cette opération ont été déjà informés de la tenue de cette réunion ». Cette dernière « devrait se tenir avant la fin de la semaine en cours ». 

- Publicité -

Un quatuor de wilayas, en dehors de la Capitale, est actuellement concerné. On parle de « (1) Sétif, (2) Batna, (3) Boumerdès et (4) Tipaza ». Ce sont toutes des régions abritant « des terrains et sociétés appartenant aux hommes d’affaires impliqués »; dans le dossier du montage automobile. Les opérations seront élargies jusqu’à atteindre l’étranger. 

Il convient de rappeler dans ce sens que l’Algérie a signé il y a près de 20 ans (2003); la convention relative à la lutte anti-corruption. Cette ratification lui procure le droit d’aller chercher ce qui lui appartient dans les territoirs des pays signataires.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -