Algérie

Coronavirus en Algérie : Le confinement est la solution la plus indiquée selon Berkani

2
coronavirus en Algérie confinement
S'abonner :

Algérie – Face à la situation sanitaire alarmante engendrée par la récente recrudescence de la dissémination du Coronavirus, le docteur Bekkat Berkani estime que le confinement demeure le meilleur moyen de contenir l’épidémie.  

Lors de son passage dans l’émission « L’Invité de la Rédaction » de la Chaîne 3 de la Radio Nationale; le membre du Comité Scientifique chargé du suivi de l’évolution de la pandémie du Covid-19 dans le pays; le Dr. Mohamed Bekkat Berkani, a regretté de constater qu’en effet une tendance haussière; du bilan quotidien des contaminations au Coronavirus est observée depuis quelques semaines en Algérie, et ce malgré le confinement sanitaire imposé en mars dernier.

Cependant, « la situation est vraiment alarmante. Il faut trouver des solutions afin d’essayer de freiner ce rebond important et inquiétant »; a soutenu Berkani. Ce dernier poursuit en expliquant qu’en l’absence de toute mesure de prévention ou d’endiguement; cela pourrait provoquer encore plus de victimes. Ainsi, pour sa part, il estime que l’unique moyen de préserver la santé publique reste le confinement sanitaire. « Celui-ci est la solution la plus indiquée », a-t-il signalé. Néanmoins, a précisé le docteur; « il doit être ciblé et bien étudié ». 

« Il s’agit de confiner des quartiers et des clusters enregistrant une forte infection; pour un temps déterminé afin de préserver la santé des autres »; a avancé l’intervenant. Bekkat remet en cause d’une part, l’irresponsabilité et le manque d’engagement de bon nombre de citoyens; qui dés l’atténuation des mesures de confinement; après le mois de Ramadan, notamment à Sétif; sont revenus à une vie normale et plutôt sur normale; s’est-il scandalisé. Des fêtes sont organisées au vu et au su des autorités locales, alors que le gouvernement les a interdites; a-t-il fait remarquer.

Coronavirus en Algérie : Enrayer sa propagation requiert une lutte collective à tous les niveaux

Président de l’Ordre des médecins, Berkani a indiqué « qu’il est temps de déterminer les responsabilités de chacun; surtout au niveau local; car c’est à ce niveau-là que les recommandations du Gouvernement s’exécutent ». « Nous sommes en train de perdre tous les bénéfices des mesures que nous avons prises; au début de l’épidémie, alors que nous avions maîtrisé la situation »; a-t-il confiée.

Selon lui, il faut faire des plans applicables sur le terrain auxquels tout le monde devrait réagir. « Il y a eu une faille quelque part; que ça soit au niveau politico-administratif ou au niveau sanitaire ». L’orateur a d’ailleurs reconnu qu’en Algérie, le système de santé est victime d’un dysfonctionnement depuis longtemps. Pour le même responsable, il va falloir re-confiner par région de telle sorte à adapter les mesures de confinement sanitaire; en fonction de chaque localité.

C’est d’ailleurs la seule solution qui est tenable aujourd’hui pour essayer de diminuer le taux de contagion au niveau régional; a-t-il convenu. Par ailleurs, Berkani a appelé les organisations et les associations de la société civile à aller dans les quartiers afin de sensibiliser la population; estimant qu’ils ont une part de responsabilité pour convaincre leurs concitoyens que la situation est véritablement sérieuse. En conclusion, il a invité l’ensemble des Algériens à la vigilance afin de dépasser cette épidémie qui dure depuis des mois.

Article recommandé :  Coronavirus : L’Algérie a dépassé le pic de l’épidémie, selon un épidémiologiste

Algérie : Morts, contaminés, guéris.. Bilan du Coronavirus au 10 juillet

Article précédent

Alitalia prépare la reprise des vols vers l’Algérie en provenance d’Italie

Article suivant

Lire aussi

2 Commentaires

  1. Enfin un Berkani plus ou moins offensif en mettant le doigt sur la plaie. En effet , les pouvoirs publics sont défaillants au niveau national et la responsabilité ne peut pas venir du seul citoyen . Si des citoyens n’appliquent pas les mesures barrières , c’est parce qu’ils ne sont pas convaincus , convaincus par qui ? Par l’État qui est tenu de le protéger. Dr Berkani, les associations ont fait le travail qu’elles devaient faire et plusieurs fois elles supplantent l’absence des pouvoirs publics plus que défaillants.
    En effet , le deconfinement prononcé le 14 Juin ne devrait pas l’être , sinon le faire accompagner de mesures et d’orientations qui ne doivent pas laisser indifférent le citoyen . Pourquoi l’État ne se reposerait pas sur les agents de sécurité, comme il sait bien le faire lorsqu’il s’agit de mater des jeunes , pour faire de l’ordre et de la sensibilisation ?

  2. Entièrement d’accord avec le Dr Berkani toutefois le confinement partiel et ciblé demeure très aléatoire .
    Il faut posséder une Expertise certaine en épidémiologie avec au préalable un quadrillage effectif épidémiologiques en zones et clustersl. .
    A cela les autres administrations territoriales ne semblent pas outillés à cet effet et en personnel compétent absent.
    L’institut national de santé publique est concerné en premier par la confection en temps réel d’une carte nationale épidémiologique digitale et détaillée jusqu’aux communes et quartiers un travail gigantesque mais possible.
    Possible à condition d’un système d’information sanitaire optimal.
    Trop de temps perdu ces derniers mois et une confusion des tâches entre ceux chargés d’exécuter et ceux chargés du contrôle est aussi l’autre talon d’Achille.
    Enfin.

Comments are closed.