Coronavirus et baisse du prix du pétrole : L’Algérie face à une crise inédite !

Algérie – Face à la crise sanitaire qui frappe le pays de plein fouet suite à l’éclosion du Coronavirus, une crise économique sans précédent se profile à l’horizon.

Sécheresse et hiver sans pluie, virus mortel se propageant à grande échelle et chute du prix du pétrole.. Bref, tous les ingrédients sont réunis pour une crise économique imminente. Un scénario fatal, exacerbé par des contraintes extrêmes héritées par le nouveau président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et son exécutif dirigé par Abdelaziz Djerad.

En effet, trois mois depuis l’installation du nouveau gouvernement, et quelques semaines depuis l’annonce de son plan d’action dans lequel Tebboune s’était engagé à remédier aux revendications sociale, politiques et économiques, les responsables aux commandes du pays sont dans l’incapacité de tenir leurs promesses et exécuter à bien leur projet. en raison des contraintes titanesques auxquelles ils font face

Avec un système de santé fragilisé et mal équipé, l’arrivée inattendue du nouveau Coronavirus, Covid-19, prédit l’avènement d’un scénario catastrophe en Algérie. Le bilan quotidien, de son côté ne cesse de progresser à une rythme inquiétant, avec un taux de mortalité anormalement élevé par rapport aux autres pays touchées par la pandémie mortelle

Dans le même sillage, de nombreux professionnels de la santé ont tiré la sonnette d’alarme et déplorent les multiples carences dont souffre l‘infrastructure sanitaire algérienne dans sa globalité, et surtout, son manque de préparation flagrant face une crise sanitaire de cette ampleur, qui a paralysé les plus grands puissances mondiales en l’espace de quelques jours.

Chute du prix du pétrole.. le coup de grâce

Comme un malheur n’arrive jamais seul et outre les problèmes dans lesquels l’Algérie baigne, la crise sanitaire mondiale a entraîné avec elle une stagnation, voire une récession de l’économie internationale, dont la première conséquence s’est ressentie au niveau du prix du baril de pétrole. Une ressource qui se trouve être la principale rente de l’Algérie.

Là encore, de nombreux experts pétroliers ont à leur tour alerté sur les conséquences gravissimes que peut entraîner la baisse drastique du cours de l’or noir; notamment en raison de la baisse de la demande mondiale. En effet, si le cours du pétrole atteint les 20 dollars/baril, il n’y aurait plus de profit net pour l’ensemble des gisements algériens

En d’autres termes le gouvernement, pour combler le déficit causé par ces lourdes pertes, devra aller puiser dans les réserves de change qui vont fondre comme neige au soleil en un laps de temps, et qui ne tiendront pas jusqu’à l’année prochaine dans le meilleur des scénarios.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes