Coronavirus en Algérie : Voici le nouveau prix des tests PCR

Algérie – Le Ministre délégué à l’industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed a annoncé une baisse au niveau du prix des tests PCR. On vous présente le nouveau prix. 

Effectivement, dans son édition d’aujourd’hui, 28 novembre, le quotidien francophone La Patrie News a rapporté les propos du Ministre délégué à l’industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed. En outre, le ministre aurait annoncé une baisse considérable sur le prix des tests PCR en Algérie. Ces derniers sont primordiaux aujourd’hui pour se faire dépister du Covid-19. Étant donné qu’ils sont jugés comme le moyen le plus performant sur le marché jusque-là. Cette initiative de baisser le prix est le résultat d’une récente polémique. Car les citoyens algériens ont estimé que le prix des tests PCR était excessivement cher voire hors de prix, en plus du fait qu’ils soient non-remboursable.

Et c’est dans ce cadre que le Ministre délégué à l’industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed s’est exprimé. Il a notamment déclaré que la baisse de prix en question était estimé à plus de 6.000 Da, ce qui est considérable. Sachant que les prix au départ tournaient autour des 15.000 Da, pour devenir 8.900 Da, après avoir appliqué la baisse en question.

Selon la même source, le Ministre aurait confié que 9 laboratoires situés sur différentes wilayas d’Algérie, soit Alger, Bejaia, Ghardaïa, Tizi-Ouzou travaillaient avec ce nouveau prix des tests PCR. Mais l’opération ne va pas s’arrêter de si bon chemin, car d’autres laboratoires se plieront à cette résolution ultérieurement, selon les propos du Ministre rapportés sur le quotidien francophone.

Selon le Directeur général de l’IPA, cette initiative était plus que nécessaire

En sus, le 21 novembre dernier, Le Directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), Dr Fawzi Derrar s’est exprimé au quotidien francophone Liberté. Il a notamment déclaré que le prix des tests PCR au privé était considérablement élevé. Le Directeur général de l’IPA explique ce prix excessif par le fait que les laboratoires privés s’approvisionnaient seuls et ne passaient pas par l’Institut Pasteur d’Algérie. De ce fait, il  fallait absolument aller vers une politique des prix pour parvenir à baisser les couts du test PCR.

Le responsable a ajouté que : « jusqu’à la semaine dernière, nous avions atteint un chiffre qui avoisine les 300 000 prélèvements effectués sur l’ensemble du territoire national. ». Et ce, sur un total de : « 45 laboratoires publics et à une vingtaine d’autres de droit privé que l’IPA a validés et homologués. », selon les propos du Dr Fawzi Derrar publiés sur le quotidien francophone Liberté.

Contenu sponsorisé :

Articles récents

Articles connexes

Contenu protégé !