Coronavirus en Algérie : Saidal négocie la production du vaccin Spoutnik V

Algérie – Alors qu’une grande partie de la population algérienne espère un changement avec le début de la campagne de vaccination, la réception des doses du vaccin russe prend plus de temps que prévu. Ce qui a amené Saidal, le leader de la production pharmaceutique en Algérie, a négocié la production du vaccin russe, Spoutnik V, localement. 

C’est sur le plateau de la chaîne A3 de l’EPTV, que le Professeur Kamel Mansouri, Directeur général de l’Agence nationale des produits pharmaceutiques (ANPP), s’est exprimé à ce propos. Il a donc annoncé que « le Groupe pharmaceutique public Saidal est en cours de négociations avec un opérateur russe dans le cadre de la production du vaccin Spoutnik V anti-Covid-19 en Algérie ». 

Le dirigeant de l’ANPP a ensuite précisé autre élément. Il a indiqué alors le but de cette opération. Son objectif est en fait « d’assurer sa disponibilité au profit de la population nationale ». Elle vise aussi « la production locale de Sputnik V pour le rendre disponible ». Pr Mansouri a également affirmé qu’il pouvait y avoir « une problématique pour acquérir le vaccin au niveau mondial ».

C’est d’ailleurs cela qui motive, dit-il, l’intérêt porté à la production locale. Le directeur général a par la suite déclaré que la production locale du vaccin russe Spoutnik-V sera supervisée par une commission placée sous la tutelle du ministère de l’Industrie pharmaceutique. Elle veillera notamment à ce que les producteurs locaux « puissent produire le vaccin rapidement ».

Saidal n’est pas le seul à vouloir produire le vaccin russe 

En effet, la société nationale de production pharmaceutique n’est pas la seule. D’autres aspirent à produire le vaccin russe. Le laboratoire privé algérien, Frater Razes est également en négociation avec les Russes. Comme Saidal, il envisage de produire le vaccin Spoutnik-V au niveau national. 

À ce sujet, le directeur général de l’ANPP a assuré que les laboratoires algériens « possèdent les capacités de produire des vaccins à travers des processus chimiques, mais aussi via la biotechnologie ». 

Pour rappel, l’Agence nationale des produits pharmaceutiques a déjà enregistré le vaccin russe Spoutnik V. Elle est actuellement en train d’enregistrer un autre. Il s’agit du vaccin suédo-britannique AstraZeneca.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes