AccueilActualitéAlgérieCoronavirus en Algérie : Retour au confinement ? La réponse de Berkani

Coronavirus en Algérie : Retour au confinement ? La réponse de Berkani

Algérie – Lors de son intervention sur les ondes de la radio nationale, docteur Berkani prévient sur le fait qu’un éventuel retour au confinement partiel n’est pas écarté et pourrait se faire prochainement, suite à la hausse des contaminations au Coronavirus. 

En effet, le président de l’Ordre des médecins ainsi que membre du comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus a affirmé en ce mardi 27 octobre 2020 sur les ondes de la radio nationale que le retour du confinement partiel n’est pas exclu. 

« La situation épidémiologique actuelle est inquiétante et un confinement partiel en Algérie ne sont pas à écarter si les cas de contamination  au Coronavirus augmentent davantage et que l’on dépasse la barre des cent cas dans une seule wilaya. Si l’on continue sur cette tendance haussière; pas moins de douze wilayas pourraient en effet faire l’objet de confinement partiel. » a confié le docteur à El Moudjahid

Berkani a tenu à rappeler à tous les citoyens d’éviter les rassemblements familiaux à l’occasion de la célébration du Mawlid Ennabawi Echarif; prévue pour ce jeudi 29 octobre 2020. Il déclare qu’il est dangereux de se regrouper et demande aux gens de respecter les mesures sanitaires telle que la distanciation sociale et le port de la bavette.

Docteur Berkani pointe du doigt le relâchement 

Le président de l’Ordre des médecins condamne les citoyens qui font preuve de relâchement et rappelle que le coronavirus circule toujours et qu’il est important de continuer à respecter les mesures de prévention pour éviter la propagation du virus et pour contrôler la situation. Rappelons que la pandémie menace toujours le pays et que la courbe est en hausse.

Le docteur a évoqué le fait que les hôpitaux doivent se préparer une nouvelle fois à une autre vague de malades en cas de contamination en masse. Il a tenu à souligner que les médecins et aides-soignants sont fatigués et souffrent de surmenage après presque neuf mois de travail permanent mais qu’il ne faut pas lâcher prise.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes