Coronavirus en Algérie : voici quand le variant Omicron deviendra majoritaire

Algérie – Le directeur de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a donné plus de détails sur l’émergence du variant du coronavirus, Omicron, dans notre pays. On vous révèle plus à ce sujet, ce 07 décembre 2021.

L’Algérie assistera à un nouveau pic du coronavirus à cause du variant Omicron. C’est ce que le directeur général de l’Institut Pasteur, Fawzi Derrar, a déclaré au micro de La Radio nationale Chaine 3. De ce fait, cette nouvelle souche mutée atteindra un point culminant vers les mois de février et mars. C’est selon les prévisions des scientifiques, explique le professeur. 

Dans ce sens, Derrar a mis l’accent sur la nécessité d’imposer le passeport vaccinal. Cela en le généralisant sur de nombreux secteurs. Au lieu de se contenter du transport international. Considérant que c’est la solution pour limiter la propagation du nouveau variant du virus de la Covid-19, Omicron. 

Toutefois à ce stade de la propagation, le DG de l’IPA fait part de ce qui occupe l’esprit des médecins en Algérie. Il s’agit, en effet, du variant Delta, qui est toujours une menace. Dans ce sens, Derrar appelle les citoyens algériens à respecter les mesures préventives contre le coronavirus.

Pour une immunité collective, l’intervenant signale que la vaccination est primordiale. Car cela ralentit la propagation de la pandémie. En ajoutant que l’immunisation peut protéger des dangereuses mutations. Ceci bien que l’étendue de son efficacité contre Omicron n’a pas encore été reconnue, précise-t-il.

Fawzi Derrar : le variant Delta reste notre cible principale

D’après, le responsable de l’IPA, notre pays est entré dans une 4e vague du coronavirus. C’est ce qu’il a mis en avant sur Echorouk il y a trois semaines. En fait, le variant Delta menace encore les Algériens. Puisqu’on parle de centaines de personnes hospitalisées. Qui, malheureusement, succombent à la maladie par la suite. 

Dans ce sillage, le spécialiste a relevé que parmi les wilayas les plus impactées par le virus, on indique Alger, Oran et Constantine. Alors, même si la vaccination ne supprime pas les risques de contamination, on note des effets modérées de la Covid-19. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes