Coronavirus en Algérie : Prolongement du confinement dans 29 wilayas

Algérie – l’Etat algérien a instauré un prolongement du confinement dans diverses wilayas, afin de consolider la défense sanitaire. 

À compter de samedi prochain, 18 juillet 2020, certaines wilayas du pays se soumettront à une nouvelle mi-temps; entre autres à nouveau prolongement du confinement. En effet, selon un communiqué du Premier ministère, publié aujourd’hui; le gouvernement a décidé de rallonger le confinement partiel de dix (10) jours, dans 29 wilayas. 

Une déclaration émise dans l’optique, de limiter une prolifération plus importante que celle dont on témoigne actuellement. Et à cet égard, il est jugé plus prudent de revenir vers une période de confinement plus allongée que prévue, tout en maintenant le même volume horaire pour le couvre-feu; à savoir de 20h00 à 05h00 du matin du lendemain. 

A cet effet, les wilayas concernées par cette récente réforme sanitaire sont : Alger, Adrar, Annaba, Batna, Béjaïa, Bouira, Blida, Bordj Bou Arreridj, Béchar, Biskra, Boumerdès, Chlef, Constantine, Djelfa, El Oued, Khenchela, Laghouat, Mascara, M’sila, Médéa, Oran, Oum El Bouaghi, Ouargla, Relizane, Sétif, Sidi Bel Abbès, Souk Ahras, Tipaza et Tissemsilt. 

De plus, afin de garantir le respect de cette nouvelle décision, de prolongement du confinement dans 29 wilayas, par la population algérienne; des mesures de circulation ont été énoncées. Ces consignes stipulent une interdiction du trafic automobile entre les wilayas susmentionnées, pendant dix (10) jours. Par ailleurs, les véhicules privés et ceux destinés à la marchandise, dispenseront de cette condition. 

En sus, les transports urbains et publics feront part d’une suspension provisoire de leurs activités, lors des week-ends dans les wilayas citées plus haut; afin de renforcer plus l’aspect sécuritaire en réduisant au maximum les rassemblements, en masse des individus. 

Coronavirus en Algérie : un index épidémiologique qui déstabilise la santé collective 

Depuis la levée de confinement partiel, l’Algérie sombre dans une impasse. Un constat qui saute aux yeux d’innombrables personnes, notamment aux spécialistes du secteur médical. C’est le cas du docteur Abdelhamid Salah Laouar, président de la Société algérienne de formation continue en cancérologie (SAFCC); qui trouve que la situation épidémiologique est plus qu’inquiétante.

Et à cet égard, il incite tous les spécialistes exerçant dans divers secteurs, à se rallier à la cause sanitaire; en déployant tous les moyens en leurs possessions, afin de mettre fin à ce marasme. Il déclare pour ainsi dire, qu’il s’agit de la mise en place d’une stratégie significative, à caractère pluridisciplinaire pour endiguer cette prolifération accrue. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes