Algérie : Cours par internet durant le confinement, qu’en est-il vraiment ?

Algérie – En raison du manque de moyens en termes de débit internet, le ministère de l’Éducation ne pourra pas déployer un programme pédagogique basé sur des cours en ligne, selon un syndicaliste.

En effet, invité sur le plateau de la chaîne arabophone Ennahar TV, Messaoud Boudiba, le porte-parole du Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste), a affirmé que certaines régions du pays ne disposent pas les moyens matériels pour généraliser l’apprentissage et la poursuite de l’année scolaire en ligne.

« Le ministère de l’éducation a annoncé aujourd’hui qu’il veut faire des expérimentations sur les cours en ligne dans 17 wilayas. Or, nous savons que l’Algérie est vaste et nous ne disposons pas les mêmes moyens dans chaque région, notamment le débit internet. », a fait savoir d’emblée Boudiba.

Le syndicaliste considère à cet égard, que la proposition du ministère de l’Éducation n’est pas conforme à notre système éducatif. « Si nous allons vers ce genre de méthode, nous n’allons pas donner les mêmes chances à l’ensemble de la population, car certaines régions ne peuvent pas suivre les cours. » a-t-il ajouté.

Dans le même ordre d’idées, il considère que l’enseignement en ligne peut être une solution pour apporter des cours supplémentaire.« Le E-learning ne peut pas constituer une solution pour l’ensemble de nos élèves, mais ça peut être considéré comme complémentaires aux personnes qui souhaitent se perfectionner ou avoir des cours supplémentaires. », a admis Boudiba.

Il appelle à réquisitionner une chaîne de télévision pour des émissions éducatives

Dans le même contexte, Messaoud Boudiba estime que l’enseignement en ligne ne pourra pas substituer à l’enseignement physique. « Même si on réunit l’ensemble des conditions techniques nécessaires pour généraliser l’enseignement en ligne, nous ne pourrons pas poursuivre notre enseignement de façon normale. Car en temps normal on a du mal à diffuser les informations. », a-t-il avoué.

Néanmoins, il propose de développer des émissions télévisées spécialisées dans l’enseignement pour accompagner les élèves durant cette période de crise. « Le seul canal pour généraliser ce genre de pratique à distance est la télévision. Malheureusement ne nous disposons pas de chaîne spécialisé l’éducation. » a-t-il confirmé

Il fait appel, dans ce sens, aux autorités pour mettre une chaîne publique à disposition des enseignants pour créer des émissions maintenir le rythme d’enseignement. « S’il existe une vraie volonté des responsables du secteur pour développer l’enseignement à distance en cette période de confinement, l’État peut mettre à disposition des acteurs du secteur de l’enseignement une des six chaînes disponibles. » a-t-il conclu par cette proposition réaliste. 

Rappelons que le ministère de l’Education nationale a annoncé, la mise en place d’un programme éducatif et pédagogique intitulé « Clés du succès », prévoyant ainsi la diffusion des cours du 3e trimestre aux élèves des trois cycles scolaires, sur les chaînes TV publiques et sur Internet, entre le 5 avril et le 19 avril prochain.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes