Coronavirus en Algérie : Vers un confinement national et total ?

Algérie – Si l’on se réfère à la déclaration du Dr Bekkat Berkani faite lors d’un entretien accordé au site d’information TSA, l’Algérie se dirige bel et bien vers un « confinement national et total ».

En effet et avant d’ajouter que « le plus tôt sera le mieux », le président du Conseil national de l’Ordre des médecins, Mohamed Bekkat Berkani s’est montré catégorique en soulignant, au journal électronique; la certitude selon laquelle nous sommes en train d’avancer dans une trajectoire se dirigeant inévitablement et sans détour possible « vers un confinement national et total ». 

La seule condition que pose le médecin à la prise d’une telle mesure est l’extension géographique de l’épidémie « à une certaine vitesse ». Cette dernière a déjà imposé le confinement total de Blida, épicentre du virus avec 40% des cas algériens infectés et celui partiel d’Alger, de par sa proximité avec le fief de l’infection virale. D’autres Wilayas se succèdent alors, toujours par ordre de proximité, à subir les mêmes restrictions que celles dont fait l’objet la Capitale partiellement confinée.

Force est de constater, en prenant appui sur les propos du responsable de l’Ordre des médecins, que le bon sens nous renseigne que la situation actuelle vêtue d’un caractère extraordinaire, nécessite l’adoption d’un mode de vie tout aussi exceptionnel. Le Coronavirus dénote chez nous une évolution marquée par une progression quotidienne. Cela incite les autorités à durcir les mesures préventives au fil des jours, et le summum de celles-ci, à savoir le confinement général sera atteint incessamment sous peu. 

Des besoins que le confinement ne doit pas empêcher 

Les italiens n’ont pas su prendre les choses au sérieux dès le début, d’après Berkani, car ils ne sont pas parvenus à reconnaître les prémices d’une catastrophe sanitaire, qui allait endeuiller leur nation et la mettre en péril. Nous aujourd’hui, contrairement à eux, nous avons la chance d’avoir été avertis.

Par conséquent, nous devons respecter les consignes de confinement, total et partiel, dictées par la loi, ou même de rejoindre la partie des algériens qui s’est volontairement confinée; en attendant l’institution juridique d’un confinement général. 

Il ne faut cependant pas perdre de vue la prise en compte, dans le cadre d’une politique de gestion du confinement total et national, les besoins vitaux de la population, à l’image des denrées alimentaires dont la distribution doit être prévue par l’Etat et ses partenaires, ainsi que la continuité d’un nombre bien défini de services indispensables, explique Bekkat Berkani.   

Pour rappel le 27 mars dernier, la décision du président Tebboune de décréter le confinement partiel, comme il a précédemment fait pour la capitale Alger, de 9 wilayas supplémentaires, a été annoncée par son Premier ministre, Abdelaziz Djerad. Cela est intervenu peu après le 23 mars, date de la mise en quarantaine totale de la wilaya de Blida, épicentre de l’épidémie en Algérie.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes