Coronavirus Algérie : Une clinique privée à Alger vend des tests très chers

Algérie – Une clinique privée à Alger profite de la pénurie des tests de dépistage au Coronavirus (PCR) pour les facturer au montant vertigineux de 18.000 dinars.

En effet, une clinique privée située à Alger (Algérie) a fixé le prix des tests de dépistage au Coronavirus à 18.000 dinars; un montant exorbitant lorsque l’on sait que la facturation du test PCR ne dépasse pas 600 dinars à l’Institut Pasteur d’Algérie, précise le quotidien d’information Liberté.

Par conséquent, l’augmentation excessive du montant du PCR juste parce qu’il est en pénurie, dans ces circonstances de pandémie; va à l’encontre de la déontologie et de l’éthique morale. Néanmoins, cela n’arrête pas les citoyens; qui, soucieux de leur santé, contraints de se faire dépister même avec la somme de 18.000 dinars. 

Pour rappel, le président du Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP) a déclaré que les tests de dépistages sont en épuisement en Algérie. Et cela est valable pour le personnel hospitalier et les citoyens malades, rapporte Algérie 360.

Le ministre de la Santé s’exprime sur la non-fiabilité des tests rapides et sérologiques 

Le ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid s’est exprimé, hier, le 11 août 2020 à la radio nationale sur le danger que peuvent constituer les tests rapides et sérologiques de dépistages au Coronavirus. En effet, le Pr. Benbouzid, a déclaré que ces derniers ne sont pas infaillibles car les résultats qu’ils présentent sont peu fiables. 

Ainsi, il précise que les résultats en question ne sont précis que si le patient effectue le test de dépistage une semaine après l’apparition des symptômes; si le délai mentionné n’est pas respecté, les résultats ne peuvent fournir de réponses fiables. Par conséquent, seul le test PCR, qui est actuellement en pénurie à l’institut Pasteur et aux hôpitaux, peut présenter des résultats 100 % exacts.

Rappelons par ailleurs, que la courbe des cas de contaminations liées au Coronavirus ne cesse de s’accroître en Algérie; et le staff hospitalier souffre de plus en plus du surmenage et de la forte charge virale présente dans les hôpitaux. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes