Votre Argent

Algérie : Les vendeurs du marché noir de devises face à l’impact du Coronavirus

0
marché noir devises algérie
S'abonner :

Algérie – La lutte contre la propagation du Covid-19, implique, entre-autres, le confinement de pays entiers, se traduisant par la suspension des différentes liaisons les reliant. Une telle mesure drastique a eu une incidence directe sur le marché noir des devises en Algérie.

Le Coronavirus, de par son escalade ininterrompue, et qui avait ultérieurement déjà déclenché de lourdes mesures préventives, se rapportant à l’annulation des voyages, conséquence directe du gel des liaisons aériennes et maritimes de l’Algérie avec les pays étrangers, continue d’entraîner les devises en particulier l’euro, dans les bas fonds de l’échelle des taux de change sur le vaste marché noir algérien.

Ce 18 mars, la monnaie unique européenne oscillait entre 180 et 185 dinars pour 1 euro, selon les les informations parvenues depuis les vendeurs du Square, tandis que le prix du dollar était passé aux alentours des 172 dinars. Un cambiste de la fameuse bourse informelle, le Square Port Saïd à Alger dit s’attendre à la poursuite de la chute des devises sur le marché noir, motivé par le retrait total des principaux acheteurs, les importateurs en l’occurrence, dont les activités sont paralysées par la rupture des vols et des croisières avec la Chine, et plus récemment l’Europe, à une poursuite des baisses.

Parallèlement, certains cambistes, voulant tirer profit de la situation de blocage qui marché leur activité, procèdent à l’acquisition et au stockage de sommes importantes en devises, en vue de les revendre, une fois le virus neutralisé et le calme revenu, à des prix élevés qui leur assureront à coup sûr un accroissement soutenu des bénéfices.

Ils ne guettent alors que la fin des turbulences économiques provoquées par la crise sanitaire, mais ce n’est pas les cours du baril du brent, référence pour le pétrole algérien, atteignant ce 18 mars les 28 dollars, une valeur jamais enregistrée depuis cinq ans, qui nous annonce le bout du tunnel dans lequel l’économie mondiale est entraînée par le virus au potentiel contagieux énorme. Sans la relance économique et l’ouverture des frontières, la demande sur les devise au Square restera maigre, déplorent les cambistes algériens.

Voyages religieux et tourisme à l’arrêt

En plus des voyages d’affaires stoppés et paralysant ainsi les activités commerciales des entreprises, opérant dans le domaine des importations, les voyages à caractère religieux et mobilisant bon nombre d’algériens à chaque saison de la Omra et du Hadj, et qui se rendent sur les terres saintes de l’Islam pour accomplir les rituels sacrés du pèlerinage, sont suspendus pour cette année. Vu que ce déplacement vers l’Arabie Saoudite, siège des saints lieux, constitue un moteur de demande du dollar, celui-ci souffre par conséquent de l’absence de pèlerins sur le marché parallèle des devises.

La monnaie unique européenne, pour sa part, est notamment sujette, au niveau de la place Port Saïd, à la baisse de la demande sur elle, accentuée par l’annulation des voyages que les algériens ont la coutume de faire, généralement à chaque période printanière, en direction du sud de l’Europe. Les algériens forcés de renoncer à leur séjour sud européen, s’en passent donc de l’euro.  

Rappelons par ailleurs que de nombreuses voix se sont précédemment, et même présentement, soulevées en faveur de la fermeture définitive du marché noir algérien des devises. La récupération des sommes rocambolesques qui y circulent, aidera, de leur avis, à donner un nouveau souffle à notre économie qui, au moment où elle reposera enfin sur des bases solides, sera capable de mieux gérer les diverses phases critiques pouvant survenir à n’importe quel instant, et similaires à celle induite actuellement par la pandémie qui secoue le monde.

Article recommandé :  Coronavirus : L'Algérie suspend ses liaisons avec 11 nouveaux pays

Coronavirus : Air Algérie rapatrie les Algériens bloqués en France

Article précédent

Coronavirus en Algérie : Le nombre porté à 6 morts et 72 cas confirmés

Article suivant

Lire aussi

avatar
  S’abonner  
Notifier de