AccueilActualitéAlgérieCoronavirus en Algérie : Bilan du 16 novembre (contaminations)

Coronavirus en Algérie : Bilan du 16 novembre (contaminations)

Algérie – Le bilan des contaminations au Coronavirus a enregistré au cours de ces dernières 24 heures une hausse en ce 16 novembre. Le Comité du suivi de l’évolution du Covid-19 a enregistré 910 nouveaux cas contaminés.

Effectivement, le bilan des contaminations au Coronavirus en Algérie, a enregistré en ce 16 novembre une hausse des contaminations. Le Comité en charge du suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus dans notre pays, a donc recensé 910 cas de contaminations au Covid-19 ; selon ce qu’a annoncé le porte-parole du Conseil Scientifique ; le Dr Djamel Fourar.

Ce qui signifie qu’au total ; c’est-à-dire depuis l’apparition du premier cas de contagion au Covid-19 en février dernier ; l’Algérie comptabilise 68.589 cas infectés par le Coronavirus ; d’après les données fournies par la même source.

Covid-19 en Algérie : Un confinement plus sévère réduira la transmission ?

En effet, lors d’un entretien accordé au quotidien francophone par Liberté, le président de la Cellule opérationnelle chargée du suivi des enquêtes épidémiologiques, et membre du comité scientifique Mohamed Belhocine s’est confié sur la nécessité d’appliquer un confinement sanitaire plus sévère, afin de diminuer la propagation de la Covid-19 en Algérie.

Mohamed Belhocine déclare lors de son entretien à Liberté que des mesures suffisamment sévères et limitatives suffiront à réduire la transmission du coronavirus entre individus; et qu’il n’est pas nécessaire de paralyser l’activité économique et sociale du pays pour autant; comme c’est le cas aujourd’hui dans plusieurs pays européens, avec un confinement total.

Cependant le professeur n’écarte pas totalement la fatalité d’un confinement total; et déclare que cela dépendra clairement de l’évolution de la situation sanitaire en Algérie; a-t-on rapporté du média francophone Liberté.

Selon Mohamed Belhocine, le couvre-feu à 20h est une des mesures à respecter impérativement.

Le professeur Belhocine a déclaré lors de son entrevue au média Liberté : «on ne peut pas demeurer tout le temps confinés. Il fallait donc absolument trouver cette crête intermédiaire; à savoir mettre le maximum de chances pour réduire les chaînes de transmission tout en maintenant un minimum de vie économique et sociale dans le pays. Le couvre-feu nocturne décrété par le gouvernement répond en partie à cet objectif.»

Car selon le professeur, il est assez connu qu’il y a beaucoup de vie sociale le soir; et le couvre-feu à 20h va permettre d’arrêter les rassemblements privés nocturnes, jugés comme étant des événements super-propagateurs.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes