AccueilÉconomieAutomobileConstruction automobile en Algérie : le gouvernement étudie les conditions d'exercice de...

Construction automobile en Algérie : le gouvernement étudie les conditions d’exercice de cette activité

Algérie – Le gouvernement étudie actuellement les conditions d’exercice du secteur de la construction automobile. Dzair Daily vous en dit plus à ce sujet dans la suite de cet article du 17 novembre 2022.

En effet, le Premier ministre a appelé les membres du gouvernement à se réunir pour discuter des conditions d’activité du secteur de la construction automobile en Algérie. Durant le rassemblement qui s’est tenu hier, un projet de décret exécutif a été étudié. Ce dernier devrait définir les conditions et modalités d’exercice de l’activité de construction automobile en Algérie.

Dans le détail, le décret comprend une liste de produits, de services et d’équipements qui bénéficieront d’une exonération sur la TVA. Il décrira également en détail les modalités de mise en œuvre de ces exonérations. Il s’agit de ce que rapporte le quotidien généraliste arabophone Echorouk.

Par ailleurs, le décret prévoit des exonérations liées à la TVA, aux droits, aux frais de douane et aux redevances. Tout ceci dans le but d’inciter les investisseurs et de les encourager à se lancer dans cette activité. Dans ce sillage, le ministre de l’Industrie a aussi présenté un projet de décret exécutif concernant les modalités d’exercice de la fabrication de voitures.

Production automobile en Algérie : coup d’œil sur les projets du gouvernement

Ce projet de décret présenté par le ministre de l’Industrie a pour dessein de mettre en place en Algérie une véritable industrie dans le domaine automobile. Et ce, en mettant à disposition les conditions adéquates pour faciliter l’implantation des fournisseurs dans le secteur. Mais aussi en mobilisant la manutention au niveau local.

En outre, ce nouveau projet a également pour but de mettre en place les conditions nécessaires dans le domaine du régime fiscal préférentiel. Les industriels qui atteignent les taux d’intégration prévus dans la législation en vigueur pourront alors bénéficier de ce nouveau régime préférentiel.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes