Conduire sans permis en Algérie : voici ce que risque le contrevenant

Algérie – La Gendarmerie Nationale a publié un communiqué sur sa page Facebook dans lequel elle divulgue ce que risque le contrevenant qui roule sans permis de conduire en Algérie. Plus de détails dans la suite de cet article du 14 mars 2022.

Un communiqué publié par les services de la Gendarmerie Nationale (GN) informe les citoyens que la conduite sans permis de conduire en Algérie est un délit, et que le contrevenant risque de se retrouver au tribunal. Dans le détail, le communiqué explique que le chauffeur doit impérativement avoir un permis adéquat au type de véhicule qu’il conduit. 

En effet, et selon les articles 8 et 79 de la loi n° 01-14 modifiée et complétée. Le fait de conduire avec un permis qui n’est pas valable pour le type de véhicule est considéré comme un délit. Il en est de même pour l’article 177 du décret exécutif 04-381 modifié et complété. Celui qui est puni par l’article 79 de la loi n° 01-14 modifiée et complétée.

Ainsi, et comme le rapporte le quotidien arabophone Ennahar. Le texte a souligné que le contenu de l’article 181 du décret exécutif 04-381 modifié et complété; contient aussi cette réglementation. En fait, cette loi stipule que le chauffeur qui possède un permis de conduire de n’importe quel type peut conduire un véhicule de catégorie A1.

Des amendes et des peines de prison pour les contrevenants

Par ailleurs, le permis de conduire de type C2 est valable pour la conduite de véhicules de type C1. Pour rappel, la Gendarmerie Nationale avait récemment publié un autre communiqué. Ce dernier avertissant les conducteurs contrevenants des risques et des peines qu’ils encourent. Cela, s’ils conduisaient au-delà des 10 jours après leur infraction sans avoir payé leur amende. 

Il faut savoir que dans les cas où un automobiliste commet une infraction, son permis lui sera retiré pendant 10 jours. Période durant laquelle il devra s’acquitter de l’amende punitive. Et ce, avant de récupérer son permis. Mais si le contrevenant continue à conduire au delà de ces 10 jours. Il sera passible d’une amende. Celle-ci peut aller jusqu’à 50.000 DA. Avec notamment le risque d’être confronté à une peine de prison allant jusqu’à 1 an.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.