Comptes en devises des exportateurs en Algérie : Ali Bey Nasri apporte des précisions

Algérie – Le président de l’Association nationale des exportateurs algériens (ANEXAL), Ali Bey Nasri, apporte de nouvelles précisions au sujet du gel des comptes en devises des exportateurs. Voici les détails, ce mardi 07 septembre 2021.

En effet, le président de l’Association nationale des exportateurs algériens (ANEXAL), Ali Bey Nasri en l’occurrence, s’est incliné devant la décision du gouvernement d’inclure dans son plan d’action l’étude et le suivi de la problématique du blocage des comptes en devises des exportateurs en Algérie. C’est ce qu’a rapporté le quotidien Echorouk, hier.

Dans le détail, le 20 juin dernier, on a procédé à la mise en place d’une loi qui permet à l’exportateur de ne retirer que 20 % de ses recettes d’exportation en devises fortes. Cependant, pour ce qui est des 80 % restants, la somme doit être consacrée à l’achat de matières premières. Cela, pour la fabrication de produits destinés à l’exportation.

Cela dit, cette décision a provoqué le blocage de montants très importants au niveau des comptes bancaires. En particulier, pour les exportateurs de services, à la suite de leur incapacité de retirer 80 % de leurs recettes. Dans ce sens, Ali Ben Nasri a déclaré à la source suscitée que davantage de précisions et de détails sur ce sujet doivent être dévoilés.

De plus, lors de cette même déclaration, il a ajouté : « Nous félicitons l’orientation du plan de travail gouvernemental dans ce sens, nous le décrivant également de positif et nous sommes optimistes à son sujet à l’avenir. D’autant plus qu’il surgit conformément à ce que l’ANEXAL demandait depuis le 20 juin dernier. En ce qui concerne la levée du gel sur l’argent des exportateurs bloqués dans leurs comptes bancaires ».

Ali Bey Nasri appelle les autorités à intervenir pour trouver une solution

En outre, le même locuteur a indiqué que ces opérateurs économiques percevaient avant 50 % des recettes d’exportation en devise forte. Tandis que les 50 % restants, ils étaient perçus en dinar. Or, depuis le mois de juin dernier, 20 % seulement sont perçus en dinars et les 80 % sont bloqués dans le compte de devise étrangère.

De ce fait, il a précisé une chose. Il explique alors que cette décision peut servir aux grands exportateurs. En revanche, elle ne convient pas aux petits exportateurs. En particulier, ceux qui actent dans le domaine des services. Ils n’ont pas de matière première à importer. Ce qui a conduit au blocage de sommes assez importantes. Cette situation dure depuis près de 04 mois. Ils n’arrivent toujours pas à profiter de leurs revenus. 

Par conséquent, le porte-parole de l’ANEXAL a appelé les autorités à réagir dans les meilleurs délais. Et ce, dans le but de trouver une solution à ce problème. Notant que le prestataire de service se verra obligé de procéder à l’ouverture d’un compte bancaire à l’étranger. De cette façon, il pourra faire usage de ses fonds.

Il a notamment précisé que la même loi ne peut pas être appliquée sur toutes les catégories de commerçants. Nasri a précisé qu’il serait plus judicieux de distinguer les grands exportateurs des petits exportateurs de services.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes