Colonisation: Français refusant que la France fasse des excuses à l’Algérie

France – Répondant à la « Question du jour » du quotidien français La Croix : « La France doit-elle présenter ses excuses à l’Algérie », les deux écrivains, Naoufel Brahimi El Mili, et Ryad Girod ont dit oui pour tourner à jamais l’épisode de la colonisation. Après cela, le journal a donné la parole à ses lecteurs. Tous ont trouvé « abject » de présenter de telles excuses.

Pour la question sur les excuses de la France pour sa colonisation de l’Algérie, Naoufel Brahimi El Mili souligne au titre français qu’en fait « pour appréhender l’importance de ces excuses ; il faut comprendre qu’en Algérie la question de la mémoire coloniale reste profonde. La demande du président algérien est en symbiose complète avec l’opinion publique. Même parmi la jeunesse », explique-t-il donc.

Ryad Girod, lui aussi, « pense qu’il est nécessaire qu’Emmanuel Macron présente des excuses officielles pour la colonisation ; et la guerre d’Algérie. Les crimes, les déportations, les exécutions sommaires, les tortures et les assassinats ». L’auteur poursuit en indiquant qu’« il l’a fait en tant que candidat à la présidence. C’était la moitié du chemin. Il devrait le faire maintenant ». Cela en sa qualité de « président de la République ».

« Le débat présenté entre deux personnes d’origine maghrébine n’en est pas un puisqu’elles sont d’accord sur le fait que notre pays devrait présenter ses excuses à son ancienne colonie », juge un certain Jean Brincourt ; un lecteur de La Croix. « Au moins, la position est claire : les deux réponses à la question du jour du 8 juillet vont dans le sens des excuses », concède M. Jog, un autre lecteur.

« Cette idée de devoir « battre sa coulpe » sur notre histoire, écrit encore l’intervenant cité en premier, procède du même état d’esprit de ceux qui veulent déboulonner les statues de certains de nos personnages historiques […] Une grande erreur que l’on peut commettre en histoire est de juger de faits historiques avec la mentalité ; et les repères d’aujourd’hui. Je pense que la France n’a pas à rougir de la colonisation du Maghreb, et de l’Algérie ».

Colonisation de l’Algérie : « Une histoire du passé à oublier » ?                                                   

Un autre lecteur de La Croix, Patrice Albert Vandenberghe, se prononce ensuite. « Des excuses pour la colonisation en Algérie ? En ce qui me concerne, je m’y opposerai catégoriquement, dit-il alors. D’une part, malheureuse ou non, l’histoire est faite de conquêtes et d’invasions. La France n’y a pas échappé ». Elle a longtemps était « l’objet d’attaques et razzias de musulmans ; qui entre autres détruisirent complètement Toulon en 1178 et 1197 ».

« Ces excuses éventuelles ne sauraient faire oublier les siècles de razzias sur les côtes provençales et catalanes ». C’est alors ce qu’estime un lecteur nommé Pierre Raguru qui se dit d’une génération où « les hommes, appelés ou d’actives, ont été mêlés à la guerre d’Algérie ».  « J’ai longtemps souhaité des excuses de la France envers l’Algérie. Aujourd’hui, cela ne me paraît pas aussi simple », confie au média d’actualité L. Leuwen.

Jog, déjà ci-dessus mentionné, dit ainsi dans La Croix : « L’histoire est trop complexe pour aller dans ce sens (celui des excuses). Les manifestations antiracistes actuelles, dans leur raisonnement simpliste, voire primaire, le montrent bien. Tournons les pages. Arrêtons de penser à hier, surtout quand il remonte à près de deux cents ans ; et regardons plutôt les défis de demain ».

Contenu sponsorisé :

Articles récents

Articles connexes

Contenu protégé !