AccueilÉconomieDigitalLe chercheur algérien Riyadh Baghdadi explique pourquoi Microsoft et Google n'ont pas...

Le chercheur algérien Riyadh Baghdadi explique pourquoi Microsoft et Google n’ont pas pu le convaincre

Digital – Le chercheur algérien, Riadh Baghdadi, se prononce sur les raisons derrière son refus des propositions des entreprises Microsoft et Google. Vous êtes curieux de connaître les raisons ? Restez branchés alors ! Dzair Daily vous en dit tout dans cette nouvelle édition du lundi 7 novembre 2022.

En effet, le chercheur algérien Riyadh Baghdadi a déclaré avoir reçu plusieurs offres d’emploi de différentes entreprises, à savoir, Microsoft et Google. En revanche, ce dernier a déclaré avoir refusé de se joindre à elles. Les raisons ? Il les a récemment dévoilées lors d’une émission sur la chaîne de télévision privée El Bilad

Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire l’intégralité de cet article. Il convient de noter que le jeune crack Dz occupe le poste d’enseignant à l’université de New York. Selon la même source, il est notamment chercheur dans le centre de recherche Massachusetts Institute of Technology (MIT). 

Il faut savoir que Baghdadi est le plus jeune chercheur algérien accepté au sein du susdit institut. Diplômé en informatique, il a participé à plusieurs compétitions dans son domaine. Il est d’ailleurs parvenu à obtenir différentes offres d’emploi des grandes entreprises mondiales. Mais il semblerait que Riyadh a d’ores et déjà tracé son chemin professionnel. 

Voici les raisons qui ont poussé Riyadh Baghdadi à décliner les offres d’emploi de Microsoft et Google 

Comme nous l’avons cité plus haut, Riyadh Baghdadi a reçu des offres d’emploi de la part de Microsoft et Google. Cependant, l’informaticien trentenaire dit beaucoup à son poste d’enseignant universitaire. Et cela, malgré les offres attractives proposées par les grandes entreprises, à l’instar des deux précitées. 

Il a ainsi souligné que le métier de professeur d’université lui accorde beaucoup plus de liberté, surtout en matière de déplacements entre les États-Unis d’Amérique et son pays natal, l’Algérie.

En plus de partager ses connaissances avec les étudiants algériens, la tête de génie tient à regagner le sol Dz plusieurs fois par an pour rendre visite à ses proches. Deux raisons, dit-il, qui l’ont poussé à dire non aux géants américains. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes