Les chefs d’entreprise tunisiens plaident pour la libre circulation entre l’Algérie et la Tunisie

Voyage – La décision relative à la réouverture de la circulation terrestre entre l’Algérie et la Tunisie réjouit énormément les chefs d’entreprise tunisiens, qui ont lancé à cette occasion un appel aux autorités algériennes. Retrouvez plus de détails à ce sujet dans les prochaines lignes de cet article du 17 juillet 2022.

Apparemment, la reprise de la circulation annoncée entre l’Algérie et la Tunisie est de taille à satisfaire les chefs d’entreprise tunisiens. C’est dans cette optique que l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) a appelé à l’élaboration d’un « accord global de libre-échange entre les deux pays exonéré de toutes taxes sur les produits des deux pays ».

L’UTICA a, en outre, appelé le gouvernement d’Abdelmadjid Tebboune et celui de Kaïs Saïed à établir des mesures qui tendent en faveur des deux pays. Selon le communiqué repris par le site Algerie Eco, il s’agit « des principes de liberté de circulation, de séjour, de travail, de propriété ». Cela, pour les Algériens en Tunisie et les Tunisiens en Algérie. 

En effet, l’organisation patronale tunisienne a vivement salué la réouverture des frontières terrestres entre les deux nations voisines. D’ailleurs, le patronat susvisé a invité à encourager l’investissement commun et à instaurer la liberté d’investissement dans les secteurs économiques. Il a, en sus, recommandé de faciliter l’accès au financement par les établissements financiers.

Voyages entre l’Algérie et la Tunisie : autres recommandations avancées par l’UTICA

Par ailleurs, le communiqué a également porté sur la libération complète des monnaies des deux pays dans les transactions économiques et dans le tourisme. Et cela, après un accord des institutions officielles concernées sur un taux de change unique. Il s’agit là de ce que mentionne en outre la source médiatique susvisée. 

D’autre part, l’UTICA a aussi insisté sur « la coopération dans tous les secteurs à valeur ajoutée ». À ce propos, le même média francophone indique qu’outre le secteur des énergies renouvelables et les technologies de communication, cela concerne aussi le tourisme ainsi que les prestations fournies aux citoyens tunisiens et algériens.

Pour finir, le patronat tunisien a souligné un dernier point. Celui-ci consiste à développer les régions frontalières et l’instauration de zones de libre-échange. Et cela, notamment à travers la création de zones industrielles de pointe pour attirer des projets innovants directs et communs.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes