AccueilActualitéAlgérieCésarienne en Algérie : ces dérapages d’une pratique “rentable”

Césarienne en Algérie : ces dérapages d’une pratique “rentable”

Santé – Malgré les dangers et les inconvénients que représente la césarienne, de nombreuses femmes enceintes ont eu recours à cette pratique qui représente un véritable gain pour le secteur privé en Algérie. Dzair Daily vous en dit plus dans ce qui suit.  

Des experts et spécialistes de la santé ont tiré la sonnette d’alarme sur l’augmentation de la pratique d’accouchement par césarienne en Algérie. En effet, cette méthode est devenu courante ces dernières années. Et cela, selon ces derniers, non pas pour des raisons médicales mais en vue de sa rentabilité, au niveau du secteur privé.  

Effectivement, de nombreuses femmes enceintes privilégient la césarienne plutôt que d’accoucher naturellement. Elles prennent ainsi des risques tout en ignorant parfois les répercussions que peut présenter la susdite pratique sur leur santé. En plus de celle du fœtus. 

Vu l’ampleur que prend la susdite intervention chirurgicale, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé une campagne de sensibilisation à cet égard. Elle a en effet mis en garde contre la césarienne, qui est devenue l’opération la plus courante dans le monde. 

Face à celle-ci, l’accouchement naturel devient rare. Selon les statistiques de l’OMS, le taux de césarienne ne devrait pas dépasser les 15 %. Retrouvez davantage de détails à ce sujet dans la deuxième partie de cette édition. 

Secteurs du médical et de la santé : des vérités surprenantes sur la césarienne 

Par ailleurs, le professeur Mokrane Medjtoh, chef du service d’obstétrique et de gynécologie au CHU Nefissa Hamoud, situé à Hussein Dey, s’est prononcé. Le docteur en médecine a ainsi déclaré que le recours à la césarienne a considérablement augmenté. Il a dépassé, selon ses dires, les limites recommandées. Il s’agit là de ce que rapporte le média Ultra Algeria.

Sachant que le taux instauré par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne doit pas dépasser le seuil de 15 %. Le professeur en question a fait savoir que la césarienne entraîne des dangers et des complications à long et à court terme, que ce soit pour la maman ou pour son enfant. 

« Nous sommes confrontés à de nombreux cas, où les femmes sont exposées à des hémorragies sévères. La femme enceinte est obligée d’être transférée de la clinique privée à l’hôpital public dans un état grave et différé », a ajouté Mokrane Medjtoh. 

Ce dernier a en outre souligné que la récurrence des césariennes chez les femmes est sensible et comporte de nombreux risques. Cela, en raison de l’ouverture répétée de l’utérus et des tissus abdominaux. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes