AccueilGuide VoyagesCanada : le Québec veut recruter des infirmières algériennes

Canada : le Québec veut recruter des infirmières algériennes

Algérie – Le plan de recrutement du Canada penche à compter des infirmières algériennes au sein de ses équipes au Québec, pour l’année 2023. Plus de détails, dans la suite de notre article, ce samedi 19 février 2022.

Désormais, la presse québécoise aborde cette actualité de recrutement. En effet, il s’agit d’un plan visant à embaucher des infirmières algériennes pour travailler au Québec, au Canada. Nous vous exposons davantage d’informations dans les prochaines lignes de cet article. 

Dans le détail, ladite décision relèverait du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet. Ainsi, le responsable est à l’origine de cette nouvelle diffusée dans la presse de cette province canadienne, le Québec. C’est d’après ce qu’indique le quotidien algérien Liberté.

De ce fait, l’Algérie se retrouverait donc au centre d’intérêt du Québec. Et donc, l’Algérie figurerait ainsi parmi les pays francophones qui seraient sélectionnés pour bénéficier d’un quota d’embauche considérable. De manière plus précise, la presse québécoise a divulgué une information portant sur un nombre de recrutements prévu pour l’année 2023. Il s’agit d’un engagement à recruter mille (1.000) infirmières algériennes au Québec, souligne la même source.

Québec : voici les frais du plan mis au profit des infirmières à l’international

À cet égard, la source médiatique précitée aurait révélé encore plus d’explications. Entre autres, le ministre aurait dévoilé le montant total auquel s’élèverait les frais de l’investissement accompagnant lesdits recrutements.

Ainsi, en termes de chiffres, le responsable québécois a indiqué que les autorités auraient décaissé un montant de 65 millions USD. Et ce, en vue d’assurer l’exécution de cette disposition d’embauche et de formation à l’international.

En outre, l’intervenant aurait déterminé le cadre dans lequel s’inscrit cette initiative. Il s’agit d’un processus qui permettrait de parvenir à faire le point, précipitamment, sur les compétences des infirmières candidates. Cela, dans le cadre d’une formation d’une durée qui peut aller jusqu’à une (01) année.

Pour conclure, le ministre a ajouté une précision en faveur des infirmières algériennes candidates. Au fait, celles-ci auraient la possibilité de se rendre au Québec. De même, l’offre serait valable pour leurs enfants et maris également. De plus, ces derniers recevraient un permis de travail ouvert, d’après ce qu’a précisé la même source.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes