Canada : Une Chirurgienne Algérienne s’engage dans la lutte contre la Covid-19

Canada – La chirurgienne algérienne, Ouerdia Amaouche, fait partie des médecins immigrants, installés au Canada, qui contribuent grandement à la lutte contre la Covid-19.

En effet, une chirurgienne algérienne, Ouerdia Amaouche de son nom, fait partie d’une brigade de lutte contre la Covid-19 à Montréal, où participent à cette action de nombreux médecins immigrants au Canada, issus d’une formation dans le domaine de la santé à l’étranger, selon Radio-Canada

Au moment où les décès se multipliaient au printemps dernier, une brigade de prévention et de contrôle des infections a été créée à Montréal. Cette dernière, vient en aide aux employés des résidences de personnes âgées pour contrôler l’explosion de la Covid-19. Une équipe composée principalement de médecins arrivés au Canada depuis peu.

De plus, plusieurs de ces médecins ont combattu d’autres virus, très connus, comme l’Ebola et/ou le Choléra. De même qu’ils sont allés sur le terrain en Afrique pour faire face à ces maladies et prêter main forte en ces temps de crise. Ceci, auprès de plus de 300 résidences de personnes âgées. 

Ouerdia Amaouche qui fait partie aussi de cette équipe incroyable, de ces héros en blouse blanche, était chirurgienne vasculaire en Algérie. La spécialiste a rejoint le Canada depuis à peine deux (02) ans avec sa petite famille. Pour elle, faire partie de cette brigade et pouvoir prêter main forte à ce type de résidences, représentent une grande fierté, selon la même source.

Le parcours incroyable de cette chirurgienne prête à tout pour lutter contre cette pandémie

Ayant obtenu son diplôme de Doctorat en médecine en 2006 en Algérie,  Ouerdia Amaouche a eu une reconnaissance du pays de son titre une fois arrivée au Canada. Toutefois, une série d’examens supplémentaires est nécessaire pour avoir l’équivalent.

En termes de temps, les études à faire au Canada peuvent très bien atteindre une période de quatre (04) années minimum, selon le médecin. Néanmoins, la chirurgienne estime que c’est un sacrifice qu’elle est prête à faire, ainsi que son mari qui est aussi médecin. Ceci pour garantir un avenir meilleur pour leurs deux enfants.

C’est un pays offrant beaucoup d’opportunités, pense-t-elle du Canada. Leur aventure leur procure de l’optimisme, et ils en essayent de toujours bien faire. Ils ont trouvé dans le bénévolat une façon de plus de participer à la vie en communauté dans leur pays d’accueil. C’était cette même tendance qui les a conduit à rejoindre ladite brigade. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes