Canada : Une Algérienne tuée par balles dans une fusillade

Canada – Une adolescente algérienne de 15 ans succombe à ses blessures, après avoir reçu une balle lors d’une fusillade dans l’arrondissement Saint-Léonard, dans la ville de Montréal au Canada.

Au cours de cette année, plusieurs actes criminels ont été recensés sur le territoire du service de police de la ville de Montréal (SPVM). Le 7 février dernier, s’est ajouté à cette liste macabre un nouvel homicide, qui a eu lieu dans l’arrondissement de Saint-Léonard.

Effectivement, c’était au début de soirée du 7 février, aux environs de 18 heures, que la ville de Montréal a connue une nouvelle fois un drame accablant. Une adolescente d’origine algérienne âgée de 15 ans, nommée Meriem Boundaoui, a été assassinée dans une fusillade de rue Canada.

D’après les informations relayées par le Journal de Montréal, la jeune adolescente originaire de Béjaïa, en Algérie, a quitté son pays natal et ses parents, il y a à peu près deux ans pour rejoindre sa sœur qui a immigré au Québec en 2014, afin de continuer ses études. 

Fusillade dans les rues de Montréal

Le dimanche soir, dans la rue Valdombre située dans l’arrondissement de Saint-Léonard, Meriem Boundaoui, qui était en compagnie d’un jeune homme dans une Volkswagen grise, faisait tout simplement la discussion à trois autres jeunes gens debout sur la bordure du trottoir. 

Lorsqu’un autre véhicule s’est approché du groupe, au bord de ce dernier, deux hommes masqués qui ont commencé à ouvrir le feu dans leur direction. Les deux tireurs ont pris par la suite la fuite au bord de leur voiture, en prenant la direction ouest de la rue de Jean-Talon.

Une voiture criblée de projectiles

L’adolescente de 15 ans y a été mortellement blessée. Elle a été immédiatement transférée à l’hôpital. Le lundi matin, le service de police de la ville de Montréal a confirmé que malheureusement cette dernière est décédée. Elle a reçu une balle dans la tête, rapporte Le Journal de Montréal.

Selon le journal canadien La Presse, qui était sur les lieux du crime peu après la fusillade, la voiture dans laquelle se trouvait Meriem Boundaoui a reçu pas moins de cinq balles. Les trois premières balles dans la fenêtre du conducteur, une autre sur le pare-brise. En ce qui concerne la dernière, elle a percé la carrosserie de la portière avant gauche. 

Le beau-frère prend la parole : Meriem Boundaoui serait-elle décédée d’une balle perdue ?

Peu après ce malencontreux événement, le beau-frère de Meriem Boundaoui a tenu à faire quelques déclarations. Il s’est prononcé sur le décès de sa belle-sœur en gardant l’anonymat. D’après lui, la jeune adolescente n’était pas la cible des tireurs. Elle n’avait aucune relation douteuse, a-t-il clamé.

« Elle n’avait même pas l’habitude d’aller à Montréal. Je ne comprends pas comment ça a pu arriver. Ce sont toujours les innocents qui paient ». C’est ce qu’il a révélé alors en étant au bord des larmes. C’est d’ailleurs, lui, qui a contacté la police. La motif était donc qu’il n’avait plus de nouvelles de la jeune élève. Il a donc décrit dernière comme étant studieuse et ambitieuse.

« On s’inquiétait à cause du couvre-feu… On aurait dû s’inquiéter en fait pour tout autre chose ». Le beau-frère confie ressentir que la famille ressent beaucoup d’impuissance depuis dimanche ». Il s’est exprimé en procurant l’impression qu’il était effondré par la terrible disparition de sa jeune belle-sœur.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes