4.9 C
Alger
4.9 C
Alger
samedi, 2 mars 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieDevise AlgérieAlgérie : Un économiste plaide pour les bureaux de change face au...

Algérie : Un économiste plaide pour les bureaux de change face au marché noir

Publié le

- Publicité -

Algérie – Un économiste lance un appel aux décideurs pour accélérer l’ouverture des bureaux de change en Algérie afin de substituer les échanges opérant sur le marché noir.

Dans un entretien accordé au quotidien arabophone El Khabar, l’économiste Farid Benyahia a indiqué que les autorités publiques peuvent profiter de la conjoncture économique actuelle pour établir des réformes structurelles concernant le marché de la monnaie et des devises. Ce dernier considère la convergence de la valeur du dinar entre le marché noir et le marché officiel comme une occasion à ne pas rater pour régulariser une bonne fois pour toutes le marché des devises en Algérie

L’expert en économie suggère dans ce sens, des mesures de libéralisation du marché de la devise et du change, en instaurant des bureaux de change réglementés à travers tout le territoire national. Benyahia estime en outre, que l’ouverture des bureaux de changes en Algérie permettra aux autorités de subvenir aux besoins de trésorerie actuelles de l’État et de financer l’économie en ces périodes de crise, notamment à travers la taxation des transactions d’achats et ventes de devises

- Publicité -

Pour rappel, la banque centrale d’Alger a autorisé l’ouverture des bureaux de change en ce mois de mars afin de permettre aux institutions financières et aux intermédiaires, d’effectuer des opérations d’échange de devises. Des experts en économie comme l’ex-ministre des finances, Abderrahmane Benkhalfa, considèrent que cette décision est bénéfique pour le marché du change, et qu’elle pourra accélérer la fermeture, ou du moins, la réduction du marché noir des devises, dont la plaque tournant la plus connue se manifeste au Square Port Saïd à Alger.

Chute de l’euro face au dinar.. Jusqu’où ?

En effet, l’euro a connu une chute drastique face au dinar sur le marché noir depuis le début de la crise sanitaire du Coronavirus qui a frappé le pays de plein fouet. Après avoir connu une stabilité en ce début d’année 2020, où un la monnaie européenne s’échangeait autour des 205 dinars en moyenne. Une baisse considérable a été observé sur les cours de l’euro qui a atteint les 170 DA en début de semaine dernière. 

Farid Benyahia explique ce déclin du cours par plusieurs facteurs. En premier lieu, la pandémie du Covid-19 qui a entraîné l’annulation des vols vers l’étranger et surtout vers la Chine, premier fournisseur de l’Algérie, ont réduit les échanges commerciaux avec l’étranger, ce qui a naturellement fait baisser la demande de la devise sur le marché parallèle, prisé par les importateurs algériens.

- Publicité -

De plus, d’autres facteurs ont accéléré cette baisse notamment l’annulation de la Omra par les autorités Saoudiennes. Un facteur baissier exacerbé par un ratage de la saison touristique printanière par les Algériens, suite à l’arrêt quasi-total de l’économie Algérienne et l’entrée en confinement, total ou partiel, de nombreuse Wilayas à travers le territoire national. 

Néanmoins, l’économiste estime que le cours de l’euro qui s’échange aujourd’hui le 29 mars autour des 185 dinars, reste élevé par rapport à celui fixé la Banque d’Algérie qui oscille autour des 135 DA. La seule issue pour converger les deux valeurs, réside selon lui, en la mise en place de bureaux de change réglementés, appuyant ainsi la thèse de l’ex-ministre des Finances Benkhalfa.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -