France

Boycott des produits français par les pays musulmans : Un expert précise

0
boycott produits français musulmans
S'abonner :

France – L’ambiance est tendue sur les réseaux sociaux où d’innombrables Musulmans de France et autres affichent leur sentiment d’indignation face à une action, qu’ils prennent pour de l’islamophobie. Elle concerne l’exposition de caricatures du prophète de l’islam sur les murs de bâtiments publics. Ainsi, une large compagne appelant au boycott des produits français est lancée, sur la toile, à l’adresse des pays musulmans. Un expert tente d’aider à y voir plus clair.

À l’hôtel de ville de Montpellier, en France, sont exposées des caricatures du prophète de l’islam, Muhammad (SAW), ainsi qu’au siège de la région administrative d’Occitanie, à Toulouse. Des compagnes menées par des Musulmans appelant leur pays d’origine au boycott des produits français foisonnent sur le web. C’est ce qu’a rapporté hier 23 octobre la chaine de télévision Ennahar TV.

C’est d’ailleurs sur le plateau de ce média algérien arabophone, qu’un expert intervient. C’est pour apporter sa lecture des évènements. Cela donc en jetant un regard explicatif sur ces caricatures et leurs répercussions sur les internautes musulmans. Mais aussi les débouchées possibles de cette affaire. Dans un avenir proche et à plus grande échelle. Il s’agit d’Ahmed Bargaoui. Directeur du Centre d’Études et de Recherches stratégiques du Monde arabe (CERSMA), à Paris.

« La crise actuelle diffère de celles qui l’ont précédée », entame-t-il son allocution. « C’est une première de voir le pouvoir Exécutif adhérer à tout cela. Telle chose n’arrivait jamais auparavant. Surtout que la France est un pays laïc qui sépare l’État de la religion », explique alors Bargaoui. Même au temps des évènements liés aux caricatures de Charlie Hebdo, les autorités françaises ne se sont pas inscrites dans cette logique.

Bargaoui conteste toute existence de l’islam politique en France 

Selon Ahmed Bargaoui, l’État français doit revenir à sa position de neutralité à l’égard de toutes les religions. C’est le rôle que lui assigne, à ce niveau-là, la loi de 1905, déclare le spécialiste. On dit que ce dernier est proche du mouvement Ennahda en Tunisie. Un qualificatif qu’il ne conteste pas du tout. Des considérations électoralistes sont derrière cette mise en cause de l’islam et de son prophète. C’est donc ce qu’estime l’orateur.

Ce dernier dénonce également la tendance « laïciste » représentant, selon lui, une forme d’oppression. Les croyants disposent de moins en moins d’espace d’expression, laisse-entendre le directeur du CERSMA. Pour renforcer son argumentaire, l’interlocuteur d’Ennahar TV fait même appel à une citation de Nicolas Sarkozy qui va dans le sens de ses propos. L’islamophobie est une émanation de ce « laïcisme », si l’on se réfère à l’intervenant.  

« Il n’y a pas d’islam politique en France », clame Ahmed Bargaoui. Celui-ci note, dans ce sillage, qu’aucun parti d’obédience islamiste n’existe sur la scène politique de ce pays. « Les Musulmans de France sont pacifiques », assure l’expert dans le domaine des études stratégiques. Et d’ajouter : « La France s’est construite par les bras de cette classe ramenée du Maroc, d’Algérie, de Tunisie et d’autres pays africains ». Là, c’est peut-être sa façon de signifier que les Musulmans sont venus en constructeurs et non pas en démolisseurs.  

Article recommandé :  France : Une femme imam d'origine Algérienne donne son premier prêche

Heure d’hiver : Ce qui va changer en Algérie lors du changement horaire

Article précédent

Équipe d’Algérie : Le message émouvant de Mahrez, Belmadi et Feghouli

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.