Bourse : le prix du pétrole en hausse

Énergie – Le pétrole est l’une des ressources les plus convoitées au monde parmi toutes les matières premières. Les traders et les pays producteurs du pétrole dépendent de son prix, c’est une jubilation indescriptible pour eux face à la hausse de son prix en bourse. Apprenez plus ce 29 juin 2021.

Le marché international du pétrole est un secteur qui a beaucoup évolué, voilà que les producteurs et les principaux acteurs du monde du pétrole ne se sont pas encore remis de leur joie la semaine dernière, lorsque le prix du baril de Brent a atteint le prix de 76 dollars, rapporte Le Soir d’Algérie. Voilà que le prix du pétrole augmente encore plus en bourse, seulement quelques heures après la séance de reprise des marchés boursiers, hier.

C’est un événement qui ne s’est plus produit depuis octobre 2018. Selon la même source, cet état de fait devrait s’étaler dans le temps vu le prix du brut qui a augmenté dans chaque recoin du monde. Cela a conduit le marché asiatique à donner le ton pour une séance de réouverture des deux principaux marchés pétroliers pour faire face à la remontée spectaculaire du pétrole en bourse.

La courbe des prix est-elle influençable en ce moment ?

Effectivement, dans l’immédiat, deux facteurs pourraient influer sur le cours du marché. Le principal acteur du secteur de pétrole, Opep+, va appeler ses membres, dont l’Algérie, à décider des nouveaux quotas de production d’ici à deux (2) mois. Les membres de l’Opep et leurs partenaires seraient poussés à l’idée d’augmenter l’offre d’un demi-million de baril par jour, toujours selon le quotidien francophone.

N’oublions pas le second agent influenceur qui pourrait entrer en jeu. Il s’agit du probable retour du pétrole iranien sur le marché. Chose qui interviendrait en cas de réussite des pourparlers. Ce retour aurait un impact sur le prix de l’or noir en l’entraînant à la baisse .

Pourtant, même si la production iranienne venait à rejoindre le secteur pétrolier, la demande mondiale du pétrole pourrait arriver à un taux de demande captivant. Un niveau qui serait alléchant même pour les pays ayant des recettes pétrolières minimes.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes