Bourse : le prix du cours du baril de pétrole pourrait atteindre 185 dollars

Énergie –  Le prix du cours du baril de pétrole repart à la hausse et pourrait atteindre les 185 dollars dans les semaines à venir. En voilà donc une bonne nouvelle pour l’Algérie, deuxième pays producteur de l’or noir en Afrique ! Rendez-vous dans la suite de notre édition du samedi 05 mars 2022 pour de plus amples détails !

La flambée du prix des cours du baril de pétrole repart de plus belle. La principale raison en est attribuée à la décision de l’Opep, menée par l’Arabie saoudite et la Russie, de ne pas augmenter plus que prévu sa production. Un choix qui intervient au moment où une forte reprise de la demande surgissait dans le monde du fait de la levée, dans de nombreux pays, des restrictions sanitaires. 

Celles imposées pour lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus et ses innombrables variants. La seconde cause repose sur les craintes pour l’approvisionnement en matières premières, notamment en provenance du territoire russe. Il faut dire que depuis le déclenchement, par Vladimir Poutine, d’une offensive militaire en Ukraine, la tendance pointe vers une augmentation massive continuelle des cours pétroliers. 

En témoignent les échanges de ce vendredi 04 mars. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai, se négociait en effet à 118, 11 dollars. Un bond qu’il n’avait plus réalisé depuis août 2008. Le West Texas International (WTI) avec échéance en avril a, lui aussi, atteint son plus haut sommet. Il s’est apprécié à 115, 68 $. Soit un sursaut de 7, 43 %. Une première depuis septembre 2008.  

Énergie en Algérie : en route vers les 185 dollars le baril ! 

Le conflit russo-ukrainien propulse les cours du pétrole au plus haut depuis près de deux décennies. Ils ont pris, ces derniers jours, 21, 9 %. Les analystes et les investisseurs parlent d’une hausse à long terme du prix du baril. « Tant que la guerre se poursuit, qu’il y a autant d’incertitudes et la crainte de voir les barils russes retirés du marché, les prix vont rester élevés ». 

Il s’agit là de ce qu’a estimé Matt Smith, responsable de l’analyse pétrole chez Kpler, cité par l’Agence France-Presse (AFP). La holding financière américaine, JP Morgan, évoque, pour sa part, un baril de Brent bientôt à 185 dollars. « Si l’approvisionnement russe continue d’être perturbé par les sanctions occidentales, ce niveau sera très rapidement atteint ». C’est ce qu’a en outre indiqué la susdite banque. 

Selon ses analyses, plus de 66 % du pétrole russe peine actuellement à trouver preneurs. Il est à rappeler par ailleurs que la Russie est le deuxième plus grand exportateur de cette énergie fossile au monde. Elle représente 60 % des importations annuelles de l’Europe. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes