AccueilActualitéAlgérieBiscuit Oreo est haram et vendu en Algérie : la société répond

Biscuit Oreo est haram et vendu en Algérie : la société répond

Algérie – À la lumière de la polémique autour du caractère non halal (haram) du biscuit Oreo, la société productrice a dévoilé une réponse qui a surpris plus d’un.

L’affaire a pris de l’ampleur après la publication de Mustapha Zebdi sur le sujet. Le président de l’Association de protection et d’orientation du consommateur et de son environnement a en effet pointé du doigt le produit. Il a assuré que le biscuit Oreo et l’a identifié comme haram, malgré qu’il était commercialisé sur le marché en Algérie le plus normalement du monde.

« Savez-vous que le biscuit Oreo que vous retrouvez sur les rayons de vos magasins est haram ? », a demandé le militant associatif à l’adresse des fans de sa page sur Facebook. Cette simple annonce a suffi pour déclencher une controverse intense sur les réseaux sociaux algériens. Les messages d’indignation fusaient de partout.

Pour rappel, le biscuit qui fait l’objet de polémique est un produit d’importation. D’ailleurs, le premier responsable de l’APOCE a reproché aux importateurs qu’il appelle « les gens du cabas » de ne pas se soucier d’un facteur essentiel. Il s’agit de l’origine des ingrédients utilisés dans la fabrication des produits qu’ils ramènent en Algérie depuis l’étranger.

Oreo est haram : la réponse de « Mondelēz International Foodservice »

À la suite d’une correspondance adressée par Zebdi à Mondelez concernant Oreo, la société a fourni une réponse. La question était simple : le biscuit est-il halal ou haram selon les préceptes de l’islam ? Le producteur a répondu à l’interrogation de façon concise. Sans grande surprise, ce dernier a reconnu sans détours le caractère non halal de son produit.

« On ne prend pas ce facteur en considération dans la fabrication de nos biscuits », explique Mondelez. « Ce serait peut-être différent dans l’avenir », ajoute tout de même l’entreprise via le même canal de communication. Une large partie du public, quant à lui, demande le retrait immédiat d’Oreo du marché algérien. On exige sa stricte interdiction dans un pays musulman comme l’Algérie.

D’autres avis en revanche vont dans le sens contraire de cette vision. Ils estiment qu’en connaissance de cause, chacun peut décider à son échelle personnelle de consommer ce biscuit ou pas. Des individus avertis ont le plein droit de choisir librement que manger, clament les mêmes points de vue.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici