Bengrina veut un « référendum » pour le sort des corrompus emprisonnés

Bengrina propose l’organisation d’un référendum populaire dans lequel les algériens décideront du sort des ex-ministres et oligarques corrompus emprisonnés à El Harrach.

Suite à l’annonce de la liste définitive des 5 candidats en lice pour les prochaines élections contestées; l’ex-ministre du Toursime et leader du parti El Bina Abdelkader Bengrina; a organisé une conférence de presse dans laquelle il a dévoilé les éléments clés de son programme électoral.

Il a ainsi abordé le sujet des ex-ministres et hommes d’affaires incarcérés au centre pénitencier d’El Harrach pour des affaires de corruption.

« L’argent pillé [par ces corrompus] dépasse les 200 milliards de dollars », souligne Bengrina. « La récupération de cet argent garantira à l’Etat algérien un budget de fonctionnement pour les 3 années à venir. » ajoute-t-il.

Selon Bengrina « Cela ne sert à rien de garder ces personnes corrompues en prison. » Il poursuit : « Je demanderai aux algériens de choisir entre leur maintien en détention; ou leur libération à condition qu’ils restituent l’argent pillé. Si le peuple décidera de les garder en prison à perpétuité, je respecterai sa décision. », a-t-il souligné lors de la conférence de presse organisée au siège du journal el Wassat.

« Le célibat des femmes », fer de lance du programme de Bengrina

En effet, il semblerait que le célibat des femmes algériennes est au cœur des préoccupations d’Abdelkader Bengrina.

Selon le candidat aux élections du 12 décembre; le phénomène de célibat chez les femmes ne cesse d’augmenter avec un rythme de 200.000 femme chaque année. Chiffres de l’ONS; Bengrina affirme qu’au moins, 11 millions de femmes sont célibataires dont 5 millions dépassent les 35 ans.

« Ces chiffres nous obligent à chercher des solutions et répondre aux déséquilibres qui touchent les droits des femmes dans notre société »; a-t-il affirmé.

En outre, Bengrina a accusé d’autres candidats aux élections de lui piquer les idées de son programme : « C’est bizarre. Nous avons promis d’augmenter le SMIC et de baisser l’IRG; un candidat nous a entendus et a proposé la même chose que nous. », a-t-il asséné, avant d’ajouter « Il ne reste que le congé de maternité qui n’a pas été copié ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes