BEM 2022 en Algérie : un élève va de chez lui à l’examen dans une ambulance (images)

Éducation – En Algérie, un candidat aux épreuves écrites du Brevet d’enseignement moyen (BEM), session juin 2022, a été contraint de se rendre au centre d’examen en transport sanitaire. Nous vous proposons de découvrir plus de détails à ce sujet dans les paragraphes qui suivent. 

Au total, 738.688 candidats à travers toute l’Algérie se sont présentés, ce lundi 06 juin 2022, aux différentes épreuves du Brevet d’enseignement moyen (BEM). Un chiffre, réparti entre élèves scolarisés et apprenants indépendants, en hausse par rapport à l’édition précédente. On y comptait, faut-il le rappeler, 625.205 postulants. Comme chaque année, les examens d’accès au lycée dureront trois jours.

Ils concernent neuf matières en plus de la langue amazighe pour les collégiens concernés. Ils portent alors sur l’ensemble des cours enseignés en classe durant toute l’année scolaire 2021 – 2022. Au moment où nombreux angoissaient à l’idée d’être en retard à l’épreuve de langue arabe, qui s’est tenue dans la matinée de ce premier jour, quelques-uns n’ont pas pu échapper aux aléas du quotidien. 

C’est le cas d’un élève issu d’un établissement scolaire à Blida, au nord de l’Algérie. Alors  qu’il se préparait pour passer l’un des examens les plus importants de sa vie, ledit collégien a eu le malheur de se casser la jambe droite quelques semaines avant le jour J. Le calcul était alors pour lui vite fait : entre traitement médical, fatigue et douleur, réviser sera plus éprouvant qu’en temps normal et redevenir opérationnel ne sera pas chose facile ni rapide. 

Blida : un candidat au BEM transporté au centre de déroulement des examens par le service de la Protection civile (PC)

La jambe droite engluée dans le plâtre, l’élève en question est, depuis plusieurs jours, dans l’impossibilité de franchir le moindre pas. Mais au final, pas le temps de niaiser. Cela puisqu’il a décidé, contre vents et marées, de passer son Brevet d’enseignement moyen (BEM)

Si ces dernières heures s’avéraient être un véritable cauchemar et sources de stress pour le jeune apprenant, ce premier jour des épreuves écrites a été, pour lui, contre toute attente, quelque peu consolateur. Il s’est vu encouragé et accompagné par l’appui des services de la Protection civile (PC) de la wilaya de Blida. 

Ces derniers se sont en effet mobilisés à l’effet d’assurer la présence du candidat blessé  victime d’un accident aux quatre premières épreuves. Une belle leçon de courage pour ce jeune adolescent, mais aussi un bel exemple de solidarité de la part des agents de la PC. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes