AccueilÉconomieVotre ArgentBanque d'Algérie : Nouvelles mesures pour résoudre la crise de liquidités

Banque d’Algérie : Nouvelles mesures pour résoudre la crise de liquidités

Algérie – Le quotidien des Algériens en plein cœur d’été était marqué par la course aux guichets, les longues files d’attente et une saturation sévère au niveau des différents bureaux de poste. Des semaines après, la Banque d’Algérie annonce des mesures pour mettre fin à cette crise de liquidités qui a longuement persisté. 

Par le biais d’un communiqué repris par l’APS, la banque d’Algérie a annoncé ce mardi 15 septembre la décision de son Comité des opérations de politique monétaire de la banque (COPM) de la Banque d’Algérie de prendre de nouvelles mesures en vue du renforcement des ressources bancaires et résoudre la crise de liquidités, rapporte le quotidien généraliste El Watan.

Selon le même communiqué, le Comité a décidé de réduire le taux de réserve obligatoire, le portant de 6% à 3%, et l’activation des opérations principales de refinancement à un (1) mois. Ladite décision a été prise lors d’une réunion du Copm, tenue ce lundi 14 septembre en session ordinaire.

Ainsi, et selon le journal francophone qui cite l’APS comme source; l’ensemble de ces décisions permet de « libérer; pour le système bancaire, des montants additionnels de ressource ». En sus, de mettre « à la disposition des banques et établissements financiers des moyens supplémentaires en faveur du financement de l’économie nationale et du soutien de l’activité économique ».

Ce phénomène va-t-il finalement trouver son épilogue en Algérie avec ces nouvelles mesures ? 

Abdelrahmi Bessaha, expert du Fonds monétaire international (FMI); n’a pas omis de saluer « la baisse » du taux de réserve obligatoire des banques; rapporte la même source.

Dans le même ordre d’idée, le macro-économiste a qualifié la crise de liquidités de « profonde ». Pour lui; elle est « beaucoup plus grave » qu’il n’y paraît.  Puisque cette dernière est couplée avec « la crise sanitaire, le choc pétrolier et la fermeture des entreprises »; a-t-il précisé.

En outre, Bessaha a énoncé un nombre de chiffres sur les performances de l’économie algérienne. À cet égard, il a affirmé que le déficit budgétaire pour l’année en cours serait de 16,5% (20% en hors pétrole alors que la norme serait de 10). Tandis que le déficit de la balance des paiements a atteint les 15%; lorsque le déficit normatif est de 5%.

L’économiste en commentant au journal francophone; a pointé du doigt le plan anti-crise élaboré en guise de réponse à la crise sanitaire. Il a déclaré qu’il est « nécessaire d’élaborer une loi de finances complémentaire » d’un budget entre « 200 et 250 milliards de dinars » afin de faire face à cette crise sanitaire. De plus, il a averti du chômage au vu la baisse de l’activité économique. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes