BAC Onec DZ : 15 ans de prison et 30 millions de centimes d’amende pour les tricheurs

Éducation – Le ministère de l’Éducation nationale a dévoilé les sanctions mises en place en cas de triche lors des épreuves du BAC DZ, il s’agit d’une peine allant jusqu’à 15 ans de prison et une amende de 30 millions. Dzair Daily relate pour vous, tous les détails, ce mercredi 25 mai 2022.

En effet, comme chaque année, le problème de la triche revient sur la table lors des examens officiels. Désormais, ce phénomène est considéré par les autorités algériennes comme fraude punie par la loi. À cet effet, le ministère de l’Éducation nationale a instauré les sanctions émises à l’encontre des tricheurs aux épreuves du BAC DZ, avce une peine allant jusqu’à 15 ans de prison et une amende de 30 millions de centimes.

Effectivement, l’organisme précité a mis en place les mesures répressives prises selon la loi en vigueur. Celles-ci concernent toute tentative de tricherie lors des épreuves du baccalauréat. Ainsi, le ministère de l’Éducation nationale a annoncé le maintien des sanctions pénales en prévision des examens du BAC de l’année 2022 en Algérie.

De ce fait, pour empêcher la triche lors de cet examen, le département d’Abdelhakim Belabed s’est prononcé à ce sujet. Ainsi, les peines encourues s’échelonnent entre 07 et 15 ans d’emprisonnement. Et cela, pour toute personne causant l’annulation totale ou partielle des épreuves. Et ce, après avoir publié ou divulgué les questions ou les réponses de l’examen du baccalauréat, apprend-on du quotidien, Echorouk.

BAC DZ 2022 : plus de détails sur les sanctions appliquées aux fraudeurs

Le même département a précisé que les cas de tricheries aux examens du BAC, feront l’objet de mesures punitives. On parle aujourd’hui d’une peine allant d’une à trois années de prison accompagnée d’une amende de 10 à 30 millions de centimes. Avec notamment la confiscation de tous les moyens utilisés pour commettre le délit de triche. Ainsi que la fermeture de la plateforme ou du site Internet sur lesquels on a publié les sujets.

En plus d’une peine de 05 à 10 ans de prison et une amende de 50 à 100 millions de centimes, sera prononcée à l’encontre d’une autre catégorie. Et ce, en cas de triche ou de complicité. Cela concerne le personnel administratif chargé de préparer et d’organiser les épreuves du BAC.

Pour ce qui est des sanctions administratives. Les auteurs de ces crimes feront face à des mesures rigoureuses. Une exclusion du baccalauréat d’une période de 05 ans sera appliquée aux candidats scolarisés. Tandis que pour les candidats libres, ces derniers se verront écarter de cet examen pour une période de 10 ans.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes