17.9 C
Alger
17.9 C
Alger
lundi, 26 février 2024
- Publicité -
AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantBAC / BEM Onec DZ 2022 : la criminalisation de la triche...

BAC / BEM Onec DZ 2022 : la criminalisation de la triche ajoute du stress aux élèves ?

Publié le

- Publicité -

Onec DZ – Plus que quelques jours avant le début des deux examens nationaux, BAC et BEM 2022, en Algérie. Le trac commence à s’installer de plus belle chez les élèves pour divers facteurs. La triche criminalisée en rajouterait une couche aux stress des candidats. On vous en dit davantage dans notre édition du 1 juin 2022.

Depuis quelques années maintenant, l’Algérie applique un système strict pendant les examens de fin de cycle. Suite aux fraudes précédemment liées aux épreuves du BAC et BEM organisés par l’Onec DZ, des mesures répressives sont mises en œuvre. Elles visent à assurer le bon déroulement de ces derniers. Il faut rappeler qu’en 2016, un scandale a touché le département de l’Éducation nationale.

L’examen du baccalauréat a fait l’objet d’une fraude massive. En effet, des sujets ont été divulgués et par conséquent ils ont été refaits. Il devient donc primordial d’agir sévèrement à l’encontre de la triche. Celle-ci vient même de faire son entrée dans le code pénal. Cette perspective ajoute plus d’inquiétude aux jeunes candidats, si l’on se réfère au quotidien d’information L’Expression.

- Publicité -

Celui qui ne prévoit pas de tricher n’aurait rien à craindre, seraient tentés de noter certains avis. Il s’agit là d’une affirmation entièrement rationnelle. Cependant, le stress est une émotion qui n’est pas toujours basée sur des éléments intelligibles à la raison. Par exemple, un candidat pourrait bien avoir la crainte, combien même infondée, de se retrouver accusé à tort de commettre des actes frauduleux.

Tentatives de triche : les sanctions prévues par la loi 

Le ministère de l’Éducation nationale a annoncé que toute tentative de triche va générer des sanctions rigoureuses. Ces dernières ne concernent pas uniquement les élèves. On peut citer également les personnes chargées des examens du BEM et du BAC, les organisateurs et les surveillants.

Il est important de rappeler qu’en cas de tricherie qui peut être une raison de l’annulation partielle ou complète des examens, les sanctions peuvent aller jusqu’à 15 ans de prison et une amende de 30 millions de centimes. C’est ce qu’a déclaré le ministre de l’Éducation, Abdelhakim Belabed.

- Publicité -

Par ailleurs, les autorités compétentes vont confisquer tous les appareils ayant permis aux contrevenants de tricher. Mais pas que, les sites Web ou les comptes personnels des propriétaires seront à leur tour fermés.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -